Décembre 29, 2021
Par Le Numéro Zéro
169 visites

La situation actuelle n’est malheureusement pas inédite et nous rappelle le danger de la tentation du fascisme. Pour le combattre, que cela soit dans la rue, sur les réseaux ou bien sur les « poteaux » de notre ville, il faut déjà le reconnaître. C’est pourquoi le Comité Antifa Saint-Étienne publie une description des groupes et groupuscules présents à l’échelle locale et/ou nationale. #4. Le Rassemblement national.

Le Rassemblement National, appelé Front National jusqu’en 2018, est un parti politique français créé en 1972 à l’initiative du mouvement politique d’extrême droite nationaliste et néofasciste Ordre Nouveau, dans le but de se créer une vitrine électorale pour la cause d’une révolution « nationaliste et populaire ».

La célèbre croix celtique est leur emblème. Le Front National, lui, choisira pour emblème une flamme tricolore, logo quasiment identique à celui, à l’époque, du MSI, parti néofasciste italien.

Dès sa création le Front National est présidé par Jean Marie Le Pen, ouvertement raciste, antisémite, négationniste, homophobe et sexiste. Il comparaîtra d’ailleurs à de nombreuses reprises en justice pour :

• apologie de crimes de guerre

• contestation de crimes contre l’humanité

• provocation à la haine, à la discrimination et à la violence raciale

• injures publiques et incitation à la violence envers les homosexuels

• violences

Il compte à ce jour plus de 25 condamnations.

Sa fille, Marine Le Pen, lui succède à la présidence en 2011, et tente depuis de dédiaboliser l’image du parti d’extrême droite par de nombreuses stratégies de communication. Il existe pourtant plusieurs photos de cette dernière aux côtés de militants néo nazis, comme par exemple celle prise avec Kévin Reche, l’un des leaders du collectif d’extrême droite « sauvons calais » qui porte sur son torse en tatouage l’insigne d’une division SS de l’Allemagne nazie. Elle a aussi été photographiée entourée de deux leaders néo nazis de Lyon arborant tous les deux sur leurs vêtements des symboles à la gloire de l’Allemagne nazie.

Le cheval de bataille de Marine Le Pen est la lutte contre l’immigration, qu’elle considère comme LA cause numéro 1 de l’insécurité en France et à ce propos a toujours milité pour couper les aides sociales aux étrangers.

Le RN est aujourd’hui présidé par Jordan Bardella, qui a été un soutien au groupuscule nationaliste blanc et islamophobe Génération Identitaire lors de leur dissolution.




Source: Lenumerozero.info