Octobre 27, 2021
Par Union Syndicale Solidaires
290 visites


Une première réunion avec la Directrice Générale de la Fonction publique et les deux personnalités qualifiées désignées (Paul Peny et Jean-Dominique Simonpoli) par Amélie de Montchalin dans le cadre de la conférence sur les perspectives salariales a eu lieu ce 27 octobre.

Pour Solidaires, cette réunion a été l’occasion de les interroger sur la méthode et l’objectif de cette conférence.

Pour Solidaires, les plus grandes réserves et la plus grande perplexité sont de mise.

La méthode présentée lors de la réunion est particulièrement nébuleuse puisque consistant en “une réflexion d’ensemble déconnectée de toute perspective immédiate de mise en oeuvre “ … S’il s’agit d’accumuler les réunions sans qu’il n’en ressorte aucune mesure concrète rapide pour les agent•es, quel intérêt ?

Parier sur ce que voudra reprendre ou non le gouvernement nommé après les élections présidentielles de mai 2022, peut être considéré comme une forme de mépris pour les agent·es. Solidaires n’a pas de temps à perdre avec des réunions stériles qui ne déboucheraient sur rien.

Il ne s’agit pas pour Solidaires Fonction Publique de co-construire quelque programme électoral ou du prochain gouvernement.

La situation est bien trop préoccupante pour les agent.es publics qui sont confronté.es à la sous-rémunération et aux inégalités salariales (F/H, entre catégories, entre versants, contractuel.les…).

Pour Solidaires FP, il y a urgence à ce que les personnels bénéficient enfin de revalorisation par le biais de mesures salariales générales indiciaires. Ces mesures doivent permettre de rattraper la perte de pouvoir d’achat des agent.es publics (point d’indice gelé depuis 2010), et de reconnaître leurs qualifications, notamment concernant les filières féminisées. Pour Solidaires Fonction Publique, ces mesures sont urgentes !

L’investissement sans faille des agent-es pendant la crise sanitaire a montré plus que jamais que la population avait besoin des agent·es publics et de services publics de proximité. Le gouvernement ne peut pas se cacher derrière un écran de fumée, alors que les agent·es publics et les usager·es ont des attentes très fortes.

Discuter d’attractivité, d’égalité professionnelle, d’équité de rémunération, des contractuel.les… d’accord mais pour aboutir à de véritables mesures !

Proposer aux représentant.es des personnels de discuter dans le vent serait une provocation de plus faite aux agent•es publics !




Source: Solidaires.org