Décembre 7, 2022
Par Dijoncter
200 visites

Conférence + discussion proposé par le collectif Comité Centrales revenant sur les résistances en milieu rural et paysan contre le nucléaire, à partir d’extraits du film NOTRE TERRE MOURRA PROPREMENT. Ce film retrace l’histoire des diverses tentatives de l’ANDRA pour imposer son projet de stockage de déchets nucléaires, mis en échec de multiples fois par les luttes locales, avant d’arriver à Bure.

Le projet d’enfouissement CIGEO vient d’être déclaré d’utilité publique, les piscines de La Hague débordent et l’État s’apprête à lancer une nouvelle filière de réacteurs sans faire le bilan des 70 ans de l’industrie nucléaire française. Dans ce contexte, notre collectif Comité Centrales propose, au cours d’une tournée nationale d’une conférence-débat intitulée Réveiller les esprits antinucléaires, de réactiver la mémoire des résistances rurales face au colonialisme du progrès technologique, effacées du récit républicain.

En 2021, nous avons réalisé de manière bénévole le film Notre terre mourra proprement qui retrace l’histoire des tentatives de l’ANDRA (Agence Nationale de gestion des Déchets Radioactifs) d’imposer aux territoires ses multiples projets de sites de stockage de déchets nucléaires. Entre corruption éhontée et arrogance technocratique, le film relate – à partir de témoignages d’habitant.es et d’images d’archives – comment depuis 1979 (date de création de l’ANDRA) les populations rurales se sont massivement soulevées contre l’arrivée des rebuts de l’atome dans leurs contrées, grâce à des alliances assez uniques et savoureuses entre les milieux agricoles et écologistes. Partout ou presque, ces soulèvements ont remporté la victoire, jusqu’à ce que l’ANDRA parvienne en 1998 à lancer la construction du laboratoire d’enfouissement à Bure. Aujourd’hui, aux confins de la Meuse et de la Haute-Marne, des habitant.es de la région luttent encore main dans la main avec les jeunes générations de militant.es écologistes anticapitalistes venus les soutenir.

À partir d’extraits commentés de notre film, nous vous proposons de reparcourir avec nous l’histoire des quatre dernières décennies depuis le point de vue des mondes paysans qui jadis habitaient la terre. Malgré l’éradication de ces cultures si riches, on peut constater dans le refus commun, viscéral, du techno-féodalisme du nucléaire et de ses déchets, qu’il existait naguère un terreau fertile pour voir s’allier écologie et ruralité – n’est il pas l’heure de le cultiver de nouveau ?

D’autant plus que notre tournée (Novembre 2022 – Janvier 2023) s’inscrit en parallèle du débat public (Octobre 2022 – Février 2023) sur la relance du nucléaire organisé par la Commission Nationale du Débat Public (CNDP). Ce débat se focalise principalement sur les questions techniques et ne prend ni le temps de faire un vrai bilan historique, ni le temps d’aller à la rencontre de la population. Ainsi, tandis que la filière est déjà au travail et que le gouvernement légifère pour accélérer le mouvement, le débat organisé par la CNDP se concentre sur dix dates – dont trois seulement auront lieu hors de Normandie. Pour notre part, de manière bénévoles, nous organisons une quarantaine de dates partout en France.

Dans le cadre de cette tournée nous serons accueillie aux Tanneries, à Dijon, à partir de 18h afin de discuter de tout cela avec vous.

Le Comité Centrales.

Samedi 10 décembre

18h A l’espace autogéré des tanneries

37 rue des Ateliers Dijon




Source: Dijoncter.info