« Se réapproprier le territoire, lutter contre les dominations » au congrès international de géographes anarchistes et libertaires

Lancé en 2017 en Italie, ce rendez-vous de géographes a pour objectif de réunir chercheur·euses et militantEs intéresséEs par les points de vue et les pratiques anarchistes de créer des connexions significatives dans un contexte international.

Porté en France par le RGL (Réseau des Géographes Libertaires), le CIGAL est organisé à Rabastens, dans un département (le Tarn) marqué par les luttes ouvrières ou plus récemment par la ZAD de Sivens. Ce village présente également l’avantage d’être maillé par un tissu associatif dense et sensible aux philosophies et pratiques émancipatrices qui permettent d’interroger et de nourrir les réflexions et actions locales.

Car le CIGAL s’organise avec les habitant·es et les associatifs qui prennent part au comité scientifique et assurent la logistique et l’hébergement des congressistes. C’est ainsi qu’illess ont déterminé avec les universitaires la thématique de ce nouveau rendez-vous. Sur le constat d’une sensation de mal être liée aux inégalités, aux injustices sociales et spatiales, aux dégradations des milieux de vie et à la défiance envers la démocratie représentative qui génère des tensions sociales, comme à Sivens, et induit aussi de nouveaux modes de consommation et de production (AMAP, covoiturage, SEL etc.)

Ce congrès se déroulera sur trois journées (les 13, 14 et 15 juin) dans un enchevêtrement de séances formelles et festives afin que les Rabastinois·es puissent être associéEs à l’événement. De fait, ateliers participatifs et conférences traditionnelles se succéderont sur différents sites : La Halle, la salle Maggy Poirot et le Banc Sonore à Rabastens, La Fourmilière à Couffouleux.

Une quarantaine de communicant·es sont attendus.

Programme (https://icagg.org/wp/fr/evening-programme/)

Infos générales sur : www.icagg.org


Article publié le 10 Juin 2019 sur Iaata.info