Solidaires tenait une conférence de presse de rentrée le lundi 18 septembre (essentiellement tournée autour de 3 sujets : retraites, climat et situation du syndicalisme) à laquelle était présent-es des journalistes de l’AEF, Actuel CE, AFP, Syndicollectif, Libération et Le Parisien (Le Monde et L’Humanité s’étaient excusés).

Ci-dessous quelques 1ers retours.

AFP


Retraites : Solidaires dénonce la sélectivité de l’exécutif sur le choix des interlocuteurs

16/09/2019 – Dialogue et relations sociales – Marché du travail et emploi – Protection sociale

PARIS, 16 septembre 2019 (AFP) – Solidaires a dénoncé lundi « un choix clair » de l’exécutif de ne parler qu’avec des syndicats favorables à la réforme du système des retraites par points, comme la CFDT ou l’Unsa, lors d’une conférence de presse.

« Visiblement, du côté du gouvernement et du président, il y a un choix clair de discuter avec des organisations qui sont pour un système de retraite par points », a regretté Eric Beynel, le porte-parole de Solidaires, opposée à cette réforme.

Edouard Philippe a reçu le patronat et les organisations syndicales représentatives (c’est-à-dire qui ont obtenu 8% des suffrages) les 5 et 6 septembre sur la réforme des retraites. L’Unsa a également été entendue – un syndicat non représentatif comme Solidaires – mais pas Solidaires.

« Nous n’avons pas été sollicités pour les discussions à Matignon », a regretté Cécile Gondard-Lalanne, une autre porte-parole.

Or Solidaires, comme l’Unsa, a participé aux réunions organisées dans le cadre de la première concertation avec Jean-Paul Delevoye, lancée il y a 18 mois et qui a donné lieu à un rapport publié mi-juillet, ont assuré les deux porte-paroles.

En outre, Emmanuel Macron a reçu la semaine dernière la CFDT, favorable à une réforme des retraites par points comme le souhaite le gouvernement, et l’Unsa, qui n’y est pas opposée.

Dimanche, le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, a demandé que son syndicat soit reçu par le président de la République pour une « question de démocratie ».

Sur la mobilisation des retraites, Mme Gondard-Lalanne a pointé « deux difficultés » pour les syndicats opposés à la réforme : l’absence « d’un front syndical uni » et le fait que « des secteurs vont négocier sur des timings différents », ce qui risque de rendre compliquée toute mobilisation interprofessionnelle.

Ce lundi, les avocats défilaient en masse lundi dans la capitale, accompagnés de professionnels du soin (médecins, infirmiers, etc.) et du transport aérien (pilotes, hôtesses, stewards), pour défendre leurs régimes. Vendredi, c’étaient les agents de la RATP.

Samedi, Force ouvrière appelle seule à une manifestation. Elle sera suivie par la CGT et Solidaires, le 24 septembre.

Actuel CE




AEF




Article publié le 18 Sep 2019 sur Solidaires.org