Le 1er juin 2018, les condamnations des jeunes d’Altsasu à des années d’emprisonnement avaient, une nouvelle fois, illustré à quel point le Pays basque est une zone de non-droit du point de vue de l’Etat espagnol. Le 9 octobre 2019, le Tribunal suprême entérine cette situation : un an et demi de prison, trois ans et demi de prison, 4 ans et deux mois de prison, 7 ans et demi de prison, 8 ans et demi de prison, 9 ans et demi de prison… Six jeunes basques sont définitivement condamnés à ces hallucinantes peines, pour une bagarre dans un bar. D’emblée, il s’est agi d’un montage policier visant à accréditer la thèse de menées terroristes, perpétrées par « une cinquantaine de jeunes proches d’ETA » comme le relaya la presse aux ordres du pouvoir ! Si les nombreux soutiens reçus et les preuves de la machination ont empêché que les réquisitions initiales (50 à 62 ans de prison !) soient suivies d’effet, les condamnations demeurent inacceptables. Il est prouvé qu’un des condamnés n’était même pas présent au moment des faits ; et par ailleurs, ceux-ci n’ont rien d’une « action terroriste » mais relève bel et bien du registre de l’altercation entre quelques personnes, suivie d’une bagarre dans un bar…

Article publié le 10 octobre 2019


Article publié le 10 Oct 2019 sur Solidaires.org