Mars 13, 2022
Par Bure Bure
311 visites

Concertation sur la déviation routière de Cigéo

En ce jour de commémoration des 11 ans de l’accident nucléaire à Fukushima s’est tenu une concertation publique à la salle des fêtes de Bure sur la question du contournement routier de Cigéo.

Le dispositif habituel était en place: une vingtaine de gendarmes mobiles, un RG, des vigils, la CNDP*, et bien sur quelques militant.es opposés au projet.

La porte était bien gardé par 3 vigils** et un type du département qui avait le pouvoir de décider qui entre ou pas dans la salle, ambiance boite de nuit. Sans trop de surprise la petite dizaine de militant.es ce sont fait recaler direct sous prétexte d’inscription obligatoire. Mais d’autres personnes (probablement plus neutres) arrivent également et sont autorisées à entrer, alors qu’elle ne sont inscrites non plus (précisons qu’il y avait seulement 4 personnes d’inscrites sur la liste). Scandales!!!

C’est dans cette atmosphère qu’un nouvel habitant du village, bien connu de nous, arrive. Il dit ne pas être inscrit, mais se voir autorisé à entrer. Mais juste avant de franchir la porte, il demande pourquoi les autres ne peuvent pas rentrer, et voilà qu’il voit la porte se refermer devant lui, pour avoir poser cette naïve question. Désolé, pour lui c’est recalé aussi. Deux autres habitants de Bure se feront également recalé. Scandale!!!

Ça rouspète devant la porte. Et quelqu’un demande à parler à un responsable de l’Andra. Qui voit-on arrivé? Le patron, le chef, le boss: Patrice Torres entouré de deux gardes du corp. Il dira n’y être pour rien en tant que simple spectateur de cette soirée organisé par le département de la Haute-Marne. Belle esprit de solidarité.

Les habitant.es recalés finissent par partir. Seul reste les habitué.es: GMs, vigils, opposantes, CNDP. Pendant ce temps  la présentation se tient tout de même devant 3 personnes.

Voilà, on en fait peut-être un peu trop, pour cette soirée où il ne sera pas passé grand chose. On se félicite tout de même que ces concertations soient vides, alors que la même salle était pleine lors de la présentation du les danges du projet pour l’eau organisés par des opposant.es.

Nous pensons également aux victimes passées, présentes et futures de l’accident nucléaire de Fukushima.

* Commission nationale du débat public

** de l’entreprise Hexagone

13/03/2022




Source: Bureburebure.info