Novembre 30, 2020
Par La Bogue
314 visites


Je suis allé en stop et sac à dos visiter l’occupation du Village du Peuple (VDP) car j’ai appris qu’à partir du 6 octobre dernier le lieu était expulsable et les bâtiments pouvaient être détruits à tout moment. Un huissier était passé peu avant et il avait posé un permis de démolition. Ce corps de ferme, situé au nord de l’estuaire de la Loire entre Nantes et Saint-Nazaire, était composé de deux bâtiments principaux, une maison habitable et sa grange, un peu à l’écart se trouvais un four à pain et un vieux pressoir en cours de réhabilitation par les habitant-es. Ce lieu squatté ainsi que 56 hectares de terres alentour est sous l’emprise d’un projet de zone industrielle soutenu par la communauté de communes. L’estuaire compte déjà 9 sites classés SEVESO.

Jeudi 15 octobre aux alentours de 8 heures du matin plus de 300 keufs, autrement appelés flics ou gendarmes, sont intervenus pour nous déloger, nous la vingtaine de personnes qui occupions les lieux, et faire détruire les bâtiments à grands coups de pelleteuse. Nous avons résisté de manière pacifique, perchés sur un toit et dans les arbres, mais de toute façon on n’était pas assez pour avoir un rapport de force conséquent et tenir longtemps dans ces conditions. Je tiens a préciser que la veille de l’expulsion on savait déjà qu’ils allaient venir, on avait anticipé. Le soir et une partie de la nuit en petits groupes nous sommes partis faire des allés–retours jusqu’à l’ex-zad de NDDL pour y chercher du bois et des pneus afin de monter quelques barricades et de renforcer la palissade qui entourait le VDP. On en a profité aussi pour prévenir les habitant-es de la ZAD de l’expulsion du VDP, demander du soutient et du renfort sur place. Presque personne n’est venu ! Pourquoi les gens de NDDL ne nous ont quasiment pas soutenus ? Quelle déception au regard des mobilisations passés et des discours d’aujourd’hui !

Nous nous sommes mobilisés toutes ces années pour la cause de Notre-Dame-des-Landes, de toute la France et d’ailleurs, pourquoi ces gens ne sont pas venus ? Il y aurait pu avoir des tracteurs, tout l’ancien mouvement anti-aéroport aurait pu se déplacer à Donges situé à 30 kilomètres de là, se reformer et bloquer ce projet stupide ! Si nous pouvons ensemble empêcher un projet d’aéroport, pourquoi n’aurions nous pas pu empêcher la construction d’une zone industrielle ?

Aujourd‘hui il est trop tard, le VDP est entièrement rasé, et il ne s’agit plus de faire des accusations maintenant, ça ne sert à rien et ce n’est pas constructif. Ce qu’il faut c’est une solidarité sincère, un engagement sérieux. Je trouve important de penser collectif, pour le bien commun, pas que pour sa gueule ! D’autant plus que l’ennemi capitaliste lui se réjouit de nos divisions issues de nos conflits internes !

Gros big up pour les ami-es de la ZAD du Carnet qui occupent environ 150 hectares de terres humides contre un projet industriel (encore un autre) sur la rive sud de la Loire ainsi qu’à Sully, inculpé et incarcéré en attendant son procès pour « rébellion » car il s’est débattu quand les flics l’ont interpellé. Nous sommes les gardien-es de la Terre nous ne nous vendrons pas, nous ne nous rendrons pas et nous n’abandonnerons pas.

Avec Considération Amour et Bienveillance !

Sancho




Source: Labogue.info