Ah !

Le plaisir du contemporain.

Nous pouvons désormais faire de la poésie,

Comme ce n’était pas permis

Auparavant.

La grenade

Lacrymogène instantanée

GLI-F4

Ou

SAE 810

Est une grenade

Lacrymogène

Assourdissante

Et à effet de

Souffle

Contenant une charge

Explosive constituée

De 26 grammes de

TNT

Ainsi que de quatre grammes

D’hexocire.

Entendons La musique

Des mots.

Effet de souffle.
Lacrymogène.
Assourdissante.

Et saviez-vous que

Derrière le mot

D’hexocire

Se cache

Un petit mélange

D’héxogène

Et de cire ?

L’héxogène est un

Composé explosif cristallin solide.

En avant la beauté !

Composé explosif cristallin solide.

Ça s’emboîte parfaitement,

Comme un prélude de Bach,

Comme un de ces longs et beaux mots allemands

Composé explosif cristallin solide

Mais c’est un peu différent.

On appelle

L’héxogène

RDX

Ou encore,

Cyclotriméthylènetrinitramine.

Cyclotriméthylènetrinitramine.

C’est un beau fourche-langue

A apprendre aux enfants.

« Répète après-moi, très vite : »

Cyclotriméthylènetrinitramine !

Cyclotriméthylènetrinitramine !

Cyclotriméthy….

« (Rires) T’as perdu ! »

(Une main, un œil)

Cyclotriméthylènetrinitramine

Ça me rappelle de Victor Hugo,

Cette comptine :

Mathurin à Mathurine

Mathurine à Mathurin.

Mais c’est un peu différent.

(Ce composé chimique, très stable,

Est considéré comme

L’un des explosifs militaires

Les plus puissants.)

Ah !

Le plaisir du contemporain.

Nous pouvons désormais faire de la poésie,

Comme ce n’était pas permis,

Auparavant.

Car aujourd’hui,

J’ai assisté à la renaissance de la poésie.

Dans le cortège de tête, il y a du Doisneau partout.

Du Doisneau qui sort de sa photo salement figée,

Et mille fois réutilisée.

Qui s’en va ailleurs, du côté des robes de magistrats qui tombent,

Des livres scolaires qui s’échappent des sacs et s’écrasent contre les murs de la rue de Grenelle.

La poésie entoure les pancartes qui se plantent devant le Musée du Louvre comme elle s’enroule autour des mouvements des danseuses et des danseurs de l’Opéra.

La poésie prend place,

Orgueilleusement,

Au milieu de la chaussée,

Elle n’a pas besoin d’user des mots

De dignité et de solidarité.

Il lui suffit d’entendre la chanson.

La chanson

Qui se love entre les Gilets Jaunes,

Qui fait sa voie parmi les Streets Medics et les Gilets Noirs,

Qui rejoint les Blacks Blocks,

Les mouvements spontanéistes,

Les passants qui crient un slogan.

Elle prend place à 100 pieds sous terre,

Dans les couloirs des métros bloqués.

À chaque endroit où l’on lutte,

Pour agrandir les possibilités de l’existence,

Et pour redonner sa chance au vivant.

Je l’ai vu renaître

Dans toutes ces fêtes,

Qui mettent

Sans dessus-dessous,

Les symboles du pouvoir.

Murmurée, mouvante, grondante ;

La chanson s’infiltre jusqu’aux :

Zones d’Aménagement Concertées.

Parmi :

Les parallélépipèdes gris qui peuplent nos périphéries

Un Conforama

Le va-et-vient incessant de bagnoles premier prix 

Une œuvre d’art municipal

Hybride entre un Keith Haring et une ode à la gastronomie locale

Connement posée sur un rond-point

S’infiltre

La volonté de vivre

La destruction heureuse de ce monde passé

Tout en étant les démiurges d’un autre.

La renaissance de la poésie.

Cette renaissance appelle

A écarter les fissures du bitume trop froid.

On peut voir en-dessous 

Le sable

Puis les canalisations

Et les câbles électriques

Contenus dans des tubes crantés en plastique orange.

Et enfin la vie du sol, que nous avions cessé de percevoir.

Nous ressentons tout ce qui gémit et tout ce qui respire, tout ce qu’on oublie :

Les lombrics et la décomposition, les larves, les asticots

Ce vivant malmené, en souffrance, fort de sa douleur

Et dans ce chahut

Nous avons vu la permanence de la vie

Intacte

Prête à ressurgir.

J’ai assisté à la renaissance de la poésie

Partout et sous toutes ses formes

Elle s’opposait aux mots :

Composé explosif cristallin solide.


Article publié le 27 Jan 2020 sur Lundi.am