128 visites


Communiqué de Solidaires : 
Samuel Paty, un professeur d’histoire géographie a été assassiné pour avoir fait cours sur la liberté d’expression, fondement inaliénable de notre démocratie. Il n’y a pas de mot suffisamment puissant pour qualifier l’inqualifiable, simplement qu’un enseignant est mort dans des circonstances horribles après avoir simplement exercé son métier.
L’Union syndicale Solidaires partage l’émotion immense provoquée par le meurtre de Samuel Paty et se tient aux côtés de ses proches, ses ami-es, ses élèves, ses collègues et toutes celles et ceux pour qui le respect d’autrui et de sa possibilité d’exprimer son point de vue sans risquer sa vie sont au fondement de nos libertés et de notre société.
Comme le fascisme, le fanatisme et l’obscurantisme prospèrent sur le terreau de la misère à laquelle notre système capitaliste n’apporte aucune réponse. Au contraire, il crée toujours plus d’inégalités abyssales et de guerres, donc de la misère et de souffrance auxquels certain-es croient pouvoir trouver dans l’intolérance et la haine religieuse une réponse à leurs maux. Une fois de plus, certain.es instrumentalisent ces événements dramatiques pour faire des amalgames racistes inacceptables et stigmatisant contre l’ensemble des personnes musulmanes.
Nous continuerons de nous battre tant qu’il le faudra pour un autre avenir, dans la tolérance et la justice.

Communiqué de la CGT Educ’Action : 
Assassinat d’un enseignant des Yvelines : entre horreur, tristesse et colère
La CGT Éduc’action tient, en tout premier lieu, à exprimer son soutien le plus profond aux proches de la victime mais aussi à ses collègues et  à ses élèves.
Pour la CGT Éduc’action, c’est toute notre profession qui est endeuillée mais qui restera combative parce que l’École doit rester le lieu du vivre ensemble, de l’émancipation et doit former des citoyen.nes libres et éclairé·es.
L’École ne pourra jamais, à elle seule, soigner les fractures d’une société minée par les inégalités sociales et les discriminations. Son rôle d’émancipation collective et individuelle ne pourra s’accomplir vraiment  qu’en travaillant à une réelle et profonde transformation de la société sur les bases de la justice sociale et d’une véritable égalité.
Sur le terrain, les enseignant.es, dans leur quotidien doivent redoubler d’ingéniosité pour enseigner l’éducation civique, la science et conserver leur liberté pédagogique.
Un·e  enseignant·e doit pouvoir, dans son enseignement, aborder tous les sujets du programme sans avoir peur pour sa vie ou celle de ses proches.
Pour l’heure, c’est  le temps du recueillement et de la retenue qui prime. La CGT Éduc’action se tiendra aux côtés des collègues qui continueront d’accomplir leur mission avec dignité.
La CGT Educ’action soutient tous les rassemblements  locaux en hommage à notre collègue.

Communiqué de la FSU : 
Attentat de Conflans St Honorine : Un acte ignoble et révoltant

La FSU a appris avec effroi l’attentat dont a été victime un professeur d’histoire du collège de Conflans St Honorine. La FSU exprime son soutien à sa famille, ses proches et les personnels du collège. Cet enseignant a été tué pour avoir exercé son métier, en cours d’EMC, enseignement moral et civique destiné à échanger et débattre afin d’éveiller l’esprit critique des élèves : il a exposé dans ce contexte les caricatures de Mahomet, cours qu’il faisait depuis des années, dans le respect des croyances des uns et des autres, et de la laïcité.
C’est toute la communauté éducative, personnels mais aussi familles et élèves, qui est profondément atteinte et endeuillée, et au-delà l’ensemble de la société. L’assassinat lâche et abject d’un enseignant porte aussi attaque à des principes fondamentaux de
la république comme la liberté d’expression, la liberté de conscience, la laïcité.
La FSU demande que tout le soutien nécessaire soit apporté aux personnels et au service public d’éducation. Elle demande que chacun s’abstienne de toute instrumentalisation politique. Elle refusera toute stigmatisation des musulmans. Elle ne lâchera rien sur la nécessité d’apporter partout, pour tous, l’instruction, la raison, la réflexion et tout ce qui permet de construire l’autonomie de jugement.
La FSU appelle d’ores et déjà à des rassemblements unitaires à Paris demain, dimanche 18 octobre 2020, à 15h00 place de la République et partout en France.

Les Lilas, le 17 octobre 2020

Communiqué de la Fédération des Syndicats CNT-SO de l’Éducation et de la Recherche : 
Nous sommes sidéré·e·s et révolté·e·s en apprenant l’assassinat de Samuel Paty, un enseignant, décapité hier, vendredi 16 octobre. Nous tenons à adresser nos pensées les plus fraternelles à ses proches ainsi qu’à ses collègues et élèves. Nous sommes d’autant plus choqué·e·s que ce crime, manifestement inspiré par le fanatisme religieux, est directement lié au contenu d’un cours d’EMC sur la liberté d’expression organisé quelques jours avant par la victime.
Il nous semble évident que le métier d’enseignant·e doit permettre aux élèves de s’éveiller à l’esprit critique car il est une des conditions de l’élaboration du savoir et une des voies de l’émancipation. Nous ne devons pas céder aux menaces qui pèsent sur la liberté pédagogique, ni à la peur du danger de mort qui pourrait frapper les enseignant.es, mais continuer à défendre une pédagogie active qui encourage la réflexion collective et la pensée critique. Nous devons continuer à défendre l’école comme un lieu d’ouverture à tous les savoirs et refuser l’obscurantisme. Nous devons continuer à promouvoir une école qui soit un lieu de débat, parfois de controverse autour des savoirs, mais refuser qu’elle devienne le champs de bataille de l’autoritarisme et du terrorisme.
Nous souhaitons également que cet assassinat atroce ne soit pas l’occasion pour le pouvoir ou les forces réactionnaires de semer le poison de la division et du racisme. La terreur ne se combat pas à coups de menton ou bien en pointant du doigt des minorités. Elle se combat par la solidarité. Nous appelons les travailleur·euse·s de l’Éducation à se rassembler en hommage à notre collègue. Syndicalistes, nous pensons encore plus fermement aujourd’hui que c’est en construisant un projet collectif émancipateur, porteur de progrès pour tous·tes, que nous ferons reculer l’obscurantisme et toutes les idéologies de haine.

Communiqué de la CNT FTE : 
Les militant.e.s de la CNT FTE adressent leur soutien à la famille, aux collègues et aux élèves de Samuel Paty.
Ce crime odieux nous touche, car toutes et tous, nous voulons pouvoir échanger avec nos élèves sans avoir à subir de pressions.
Le fanatisme religieux et l’obscurantisme, leurs règles rétrogrades, féodales et criminelles, sont les ennemis de l’intelligence et de la liberté. Nous défendons pour nos élèves le droit à une école et à une société émancipatrice, où l’on confronte les analyses, où l’on réfléchit et débat ensemble, où les valeurs enseignées sont la solidarité, le respect, la tolérance, l’ouverture d’esprit.
Ce n’est pas le fait de croire qui a fait d’un jeune homme, un assassin. C’est le fait d’avoir grandi dans l’ignorance, la misère, la peur et le mensonge. La violence sociale engendrée par le capitalisme et l’Etat est telle qu’elle produit des actes monstrueux. Il est hors de question que cet assassinat soit l’occasion de stigmatiser une partie de la population en particulier les musulman.e.s.
Nous appelons, en refusant les récupérations partisanes et politiciennes racistes, à se joindre aux initiatives d’hommage à notre collègue.
Ensemble, il nous faut défendre :
La liberté de pensée
La liberté d’expression
La liberté pédagogique
Paris, le 17 octobre 2020




Source: Visa-isa.org