Dimanche 17 mai, un rassemblement de plusieurs groupuscules racistes d’extrême droite, comme les royalistes de l’Action française, les volontaires pour la France et surtout ceux de la Ligue du midi s’est tenu à Montpellier pour rendre hommage à Jeanne d’Arc. Une trentaine d’activistes étaient présents dans le quartier des Beaux-Arts et une prise de parole a eu lieu en présence des forces de police. Ces groupes extrémistes ne se sont pas contentés d’un discours car ils ont aussi agressé la journaliste Ysis Percq qui travaille pour l’AFP et France Bleu Hérault, en lui arrachant son téléphone portable afin d’effacer la videos du dirigeant de la Ligue du Midi, Richard Roudier, qui faisait tranquillement son discours en pleine rue.

La journaliste confirme que les policiers ont laissé faire ce rassemblement « T’as cinq minutes Richard [Roudier], pas plus », avant que ce dernier s’en prenne à elle « C’est privé ici, madame, dégagez. ». Alors qu’elle lui répondait qu’il s’agissait d’une rue et non d’un lieu privé, plusieurs membres de ces groupuscules l’on poussé avant qu’un des leurs lui vole son téléphone. Quelque temps après, ces mêmes extrémistes ont agressé un militant antifasciste dans le centre de Montpellier à douze contre un, c’est surement plus courageux, avant d’aller encore briser la vitrine du local associatif « le Barricade ».

Pourtant, ce rassemblement, comme celui du samedi 16 mai, des Gilets Jaunes, était interdit par la préfecture. Or force est de constater du « deux poids, deux mesures » des forces de police. Pour le rassemblement des Gilets jaunes il y a eu 25 verbalisations, une manifestante blessée et 7 Gilets Jaunes interpellés alors que le rassemblement de l’extrême droite a bénéficié, et c’est le moins que l’on puisse dire, « d’une étonnante tolérance » de la part des policiers .

Visa 34, condamne fermement les lâches exactions menées par ces groupuscules et notamment ceux de la Ligue du Midi qui sévissent régulièrement dans la région montpelliéraine, sans véritables conséquences judiciaires (pour mémoire, il y a eu des coups de couteau d’un des fils Roudier, le saccage en juin 2017, des locaux de l’Association Réseau Accueil Insertion Hérault qui vient en aide aux mineurs isolés ou encore la participation au commando cagoulés d’extrême-droite à la fac de droit de Montpellier en mars 2018…). Nous exigeons donc des réactions fortes de la part des pouvoirs publics pour  interdire l’activité ces groupes ouvertement racistes et xénophobes.

VISA 34, le 25 mai 2020


Article publié le 26 Mai 2020 sur Visa-isa.org