Janvier 23, 2017
Par Indymedia Lille
219 visites


COMMUNIQUE N°31

COLLECTIF DES OLIEUX

22 janvier 2017

Le 2 janvier 2017, le collectif des Olieux décide de se rendre à EMA (Évaluation Mise à l’Abri) pour revendiquer le droit à un hébergement et à un suivi socio-éducatif des jeunes en cours d’évaluation de leur minorité.

Alors qu’il doit garantir cette prise en charge à tous les jeunes en cours d’évaluation et reconnus mineurs, le département bafoue systématiquement ces droits.

Au lieu d’être reçu, le collectif a été évacué par la police qui a fait un contrôle d’identité et a emmené cinq jeunes alors que leurs papiers étaient en règle. Quelques jours plus tard, un des jeunes déjà confirmé mineur qui avait manifesté le 2 janvier en solidarité avec ses camarades, s’est vu attribuer une place à la MAJT (foyer jeune travailleur qui partage ses locaux avec EMA).

Le foyer a refusé de l’héberger sous prétexte qu’il avait participé à l’action. L’éducatrice qui a reçu ce jeune l’a mis en garde contre le collectif et l’a invité à faire de même auprès de ses camarades.
Selon elle, le collectif manipule les jeunes et ne leur apporte aucune aide. Elle semble oublier qu’il n’y a pas le collectif d’un côté et les jeunes de l’autre, mais des amitiés et une solidarité concrète entre nous : mineurs isolés, demandeurs d’asile, habitants du quartiers et autres soutiens.

Cette pression exercée par le Département est révélatrice de la manière dont les pouvoirs publics cherchent à isoler encore plus, casser les solidarités et empêcher toute action collective, seules à garantir la défense de nos droits. La preuve : les sept jeunes en cours d’évaluation ont été hébergé à la suite de l’action du 2 janvier alors que leurs demandes individuelles étaient refusées depuis plusieurs semaines.

Nous dénonçons l’arbitraire et l’illégalité de la décision de renvoyer ce jeune.

Nous dénonçons l’absence de solution et les pratiques honteuses du Département.

Plus que jamais, nous affirmons la nécessité de rester mobilisés et d’agir collectivement.

Collectif des Olieux, le 22 janvier 2017

collectifolieux gmail.com




Source: