Mercredi 20 juin a eu lieu une grosse opération répressive contre le milieu des opposant-e-s au projet Cigéo* d’enfouissements de déchets radioactifs de Bure.

Au total 14 lieux de vie (collectifs ou non) à Bure et aux alentours ainsi qu’à Paris (domicile/cabinet d’un avocat qui assistait nombre de militant-e-s), Toulouse et en Isère ont été perquisitionnés et une dizaine de personnes mises en garde à vue, qui depuis ont été relâchées, à noter que 2 (dont l’avocat) ont été placées sous le statut de témoin assisté et 5 mises en examens sous contrôle judiciaire.

L’Etat et ses amis « nucléarisants » cherchent à discréditer, museler et criminaliser toute contestation en mettant en examen des opposant-e-s sous des chefs l’accusation plus que fantasques tels qu’association de malfaiteurs, violence en réunion, accusation d’avoir « dirigé le black block » au G20 de Hambourg, … le grand retour de l’ennemi intérieur d’ultra-gauche/anarchiste.

Après « l’affaire de Tarnac », l’état macronien passe à un stade supérieur en perquisitionnant chez un avocat, loin d’être un fait anodin cela change la nature d’une démocratie. A l’avenir,  alors que la répression est de plus en plus violente et massive à tous les niveaux de la société, les opposant-e-s  trouveront-ils/elles encore des défenseurs et jusqu’à quand ?

La Fédération Anarchiste apporte tout son soutien aux camarades interpellé-e-s et à la lutte qui se joue chaque jour contre le lobby nucléaire à Bure et ailleurs dans le monde.

Fédération Anarchiste le 24 juin 2018

[Communiqué FA] Après Tarnac, Bure !

Texte en PDF : 20180624 communiqué Fédération Anarchiste de soutien à Bure juin 2018