314 visites


Le 17 octobre 1961, des algériens se sont réunis, à Paris, pour appeler à la fin de la guerre d’Algérie et pour demander la fin de la colonisation du pays par la France. Ils n’étaient pas armés, simplement en manifestation. La police française, aux ordres du préfet Papon, couvert par l’Etat français, a, ce jour là, massacré des centaines d’algériens. Aujourd’hui encore, le nombre exact de morts n’est pas connu, toujours sous le sceau d’un secret malsain et volontaire. 

60 ans après, la défiance envers les populations reliées dans l’imaginaire collectif à l’Afrique du nord, est de retour dans le discours médiatiques, portée par les nostalgiques d’une époque révolue, où la France avait ses Colonies et où elle rayonnait par l’oppression de millions de personnes dans le monde. 

Nous, membre de la Fédération Anarchiste, rappelons que la mémoire de ce massacre est toujours vive. Elle nous rappelle que l’Etat sera toujours prêt à tuer pour maintenir sa puissance et son oppression. Elle nous rappelle qu’il est toujours simple de montrer du doigt un ennemis pour mieux nous diviser. Elle nous rappelle que le mensonge d’Etat peut durer des dizaines d’années, au mépris de la mémoire des morts. 

Les frontières ne sont que des créations des possédants pour nous diviser, nous maintenir dans la peur et la haine, outils d’asservissement efficaces de leur point de vue. La fierté nationale n’a d’objet que la haine des autres, elle nous sépare, elle nous enchaîne, elle nous exploite, elle nous arme, elle nous tue.
Nous luttons pour que l’histoire de luttes ne soit pas effacé mais aussi et surtout pour que demain tout ce qui nous divise soit aboli : Etat, religions, capitalisme, patriarcat, etc… 

La mémoire des guerres, de la colonisation, des haines passées doit nous éclairer sur le présent, sur le fait que les mêmes outils sont utilisés aujourd’hui pour mieux nous diviser, nous faire renoncer à la seule voie d’émancipation réelle : la révolution sociale et anarchiste ! 

Nous n’oublierons pas les morts du 17 octobre 1961. Nous nous battrons pour que tout soit su sur cette période.

Les relations extérieures de la Fédération Anarchiste




Source: Grainedanar.org