Le 11 mai 2019, Tuna Altınel, enseignant-chercheur à l’université Lyon 1, a été placé en détention provisoire en Turquie. En janvier 2016, Tuna Altınel avait signé la pétition « des universitaires pour la paix ». Cette pétition, intitulée « Nous ne serons pas complices de ce crime », appelait l’État turc à reprendre les pourparlers de paix et à arrêter les mauvais traitements envers la population kurde de Turquie. À ce jour, près de 700 des 2212 signataires ont été poursuivi·e·s au motif de « propagande pour une organisation terroriste ».

Tuna Altınel est l’un d’entre eux. Il lui est aussi reproché d’avoir participé à une réunion d’information sur le même thème à Villeurbanne en février 2019.

Le 12 avril 2019, à son arrivée à Istanbul pour rendre visite à sa famille pendant les congés universitaires, son passeport lui a été confisqué et il a été empêché de revenir en France pour reprendre ses activités d’enseignement et de recherche. Lors de ses démarches pour récupérer son passeport, il a été incarcéré. Ses ami·e·s et ses collègues sont depuis très inquiet·e·s de sa situation. Un comité de soutien s’est constitué pour alerter sur la situation de Tuna Altınel et demander sa libération.

Un rassemblement a eu lieu à Lyon le mardi 14 mai à 18 h : 300 personnes étaient présentes pour exprimer leur solidarité à Tuna Altınel mais aussi à tou·te·s celles et ceux emprisonné·e·s en Turquie pour avoir exercé leur liberté d’expression. Plusieurs associations, des collègues et ami·e·s de Tuna Altınel ont pris la parole pour rappeler la situation des universitaires en Turquie. Un message de Tuna Altınel transmis par son avocat a été lu et a provoqué une vive émotion.

Nous demandons aux institutions universitaires et au gouvernement français d’intervenir au plus vite pour faire libérer Tuna Altınel, fonctionnaire de l’État français ; et au-delà, d’œuvrer pour faire respecter les droits élémentaires de nos collègues et des victimes de la répression en Turquie.

Le comité de soutien à Tuna Altınel.


Article publié le 20 Mai 2019 sur Rebellyon.info