Avril 21, 2021
Par Désarmons-les
173 visites


Print Friendly, PDF & Email

L’Etat français n’a jamais cessé de chasser les sorcières.L’Etat français n’a jamais cessé de chasser les résistant·e·s.

L’Etat n’a jamais cessé son maccarthysme, traquant sans relâche celles et ceux qui résistent à son ordre capitaliste implacable.

La contre-insurrection a une histoire, qui trouve ses fondements dans le passé colonial et fasciste de l’Etat.

Les vieux cons qui gouvernent restent coincés au temps de la guerre froide et de la colonisation : leur monde est fait d’esclavage et de frontières, de conquêtes et d’épouvantails ridicules, de bombes et de canons.

Depuis les années 1980, la contre-insurrection s’est parée des draps de l’anti-terrorisme et de la lutte anticriminalité. Le racisme et la réaction érigés en doctrine de gouvernement.

Depuis 20 ans, les nostalgiques des camps et de la torture, ces héritiers de la France Pétain-Papon-Pasqua, s’essayent à de nouveaux moyens de réduire nos combats au silence, par une guerre de basse intensité et sous couvert de lutte contre la radicalisation.

Depuis l’ère Sarkozy-Hollande, les services de renseignements s’emploient à dresser des listes noires, à surveiller et à imposer leur contrôle orwellien sur tout ce qui bouge hors des clous.

Les associations de malfaiteurs s’accumulent. Chaque gouvernement impose sa narration, tout en reprenant toujours les mêmes caricatures du passé : la vieille menace anarco-communiste.

Alors même que leur monde s’effondre, ils ne pensent qu’à une chose : frapper plus fort, soumettre davantage, voler sans répit. Ils sont affreux. Seuls les riches et les imbéciles les trouvent encore désirables. Il ne faut plus s’étonner de rien, quand on se choisit pour dirigeants des fascistes et des violeurs. Le cynisme est roi.

De 2008 à 2012, conseillé par l’hideux criminologue auto-proclamé Alain Bauer, le gouvernement Sarkozy ouvrait un nouveau chapitre de répression à l’encontre des anarchistes, avec les affaires dites de la “machine à expulser”, de Tarnac, de Chambéry et de Labège. L’Etat employait alors les termes “anarco-autonomes” pour désigner les sorcières. Lors de la décennie suivante, tous ces procès ont fait un flop. Ce n’était qu’un acte de communication envers l’extrême gauche pour qu’elle se tienne tranquille.

De 2012 à 2017, sous l’impulsion du fanatique Manuel Valls, le gouvernement Hollande mit un point d’honneur à détruire les zones d’autonomie temporaires et les luttes de territoires, le nouvel ennemi intérieur devenant soudainement les “zadistes”. L’Etat n’hésita pas alors à parler de “kyste” et de “djihadisme vert” pour désigner les écologistes radicales-x. Une dialectique digne de la radio rwandaise des Milles Collines… La longue période d’état d’urgence permit par ailleurs à l’Etat d’envoyer un message clair aux anarchistes, tout en les assimilant au terrorisme : 24 d’entre elleux furent assigné·e·s à résidence fin 2015, tandis que des dizaines d’autres allaient être régulièrement interdit·e·s de manifestation et de séjour à partir de 2016.

A partir de 2017, le gouvernement Macron reprit le flambeau de la contre-insurrection et, avec le fanatisme réactionnaire qui le caractérise, s’employa à réprimer tous azimuts. Les services de renseignement, ayant la bride totalement lâchée depuis l’état d’urgence des socialistes, permirent l’anéantissement définitif de la ZAD de Notre Dame des Landes (oui, car la lutte y a bien été enterrée) et enchaînèrent avec la création de nouvelles-x ennemi·e·s, réuni·e·s ensemble sous la terminologie “radicalisé·e·s” et “séparatistes”. Les “ultra-jaunes” sont venus rejoindre l’ultra-gauche, les antifa et le Black bloc dans cette association de malfaiteurs que constituent les résistant·e·s à l’ordre capitaliste.

La logique de l’Etat est limpide : celles et ceux qui ne pourront être mutilé·e·s seront traîné·e·s devant la justice, antiterroriste de préférence. S’ils pouvaient nous fusiller, ces héritiers de Pétain n’hésiteraient pas.

Dans la continuité de cette interminable mascarade anti-gauchiste, entre 2017 et 2020, dix militant·e·s antinucléaires de la Meuse sont mis·e·s en examen pour association de malfaiteurs. Leur histoire raconte comment un pétard mouillé dans un restaurant appartenant au lobby du nucléaire amènera l’Etat à déployer les moyens dignes d’un roman de science fiction pour démanteler une lutte radicale prometteuse. Et, comme si le ridicule ne tuait pas, le 8 décembre 2020, neuf militant·e·s libertaires, écologistes, pro-Kurdes, féministes et anti-racistes sont perquisitionné·e·s et arrêté·e·s par la DGSI, en vertu d’un obscur complot reliant une personne ayant combattu l’Etat islamique (ce dont l’Etat et ses flics racistes sont bien incapables) à des camarades de diverses régions françaises, dans la perspective fantasmée d’attaquer les forces de l’ordre…

Hélas, leur guerre ne fait que commencer.

Les 1er, 2 et 3 juin 2021, les militant-es antinucléaires de Bure passeront au tribunal de Bar le Duc. Nous seront présent-es et appelons l’ensemble des forces vives du pays et d’ailleurs à se joindre à nous pour occuper le territoire de cette ville qui prétend héberger impunément un tel procès en sorcellerie. 

Nous sommes tou-tes des malfaiteurs ! Nous ne nous tiendrons pas tranquilles !

Collectif “DESARMONS-LES !”

C’est qui les « malfaiteurs » ? Relaxe pour les inculpé.e.s !

1.2.3 juin à Bar-le-Duc contre Cigéo, le nucléaire et la criminalisation de nos luttes !

Après 4 années d’instruction pour « association de malfaiteurs », des milliers d’heures d’écoutes par la gendarmerie, un dossier de 15.000 pages, des mètres cubes de matériel saisi, un harcèlement policier omniprésent dénoncé par la Ligue des Droits de l’Homme, l’heure de la mascarade judiciaire a sonné. Les 1er, 2 et 3 juin au Tribunal de Bar-le-Duc se tiendra le procès des sept « malfaiteurs » de la lutte à Bure. Des ami.e.s luttant contre le projet de méga-poubelle atomique Cigéo, ont été privé.e.s de leur liberté de circuler et empêché.e.s de se parler pendant de longues années. Cette procédure a constitué une peine et a tenté de paralyser tout un mouvement de résistance. Ce qu’on musèle chez ces personnes, c’est leur engagement antinucléaire, leurs convictions et leur liberté d’expression.

Nous sommes toutes des malfaiteurs !

Il n’y a toujours aucun déchet nucléaire à Bure. Pour autant, nous sommes à un moment charnière car Cigéo pourrait bientôt être reconnu d’utilité publique : expropriations, défrichement du Bois Lejuc et premiers chantiers pourraient voir le jour d’ici 2022. Nous ne nous laisserons pas faire. Ce « procès des malfaiteurs » sera surtout le procès de CIGEO et du nucléaire.

Il est temps de dénoncer l’association de malfaiteurs comme outil de criminalisation de nos luttes. Cet outil juridique, issu des lois dites « scélérates » et de l’antiterrorisme, est utilisé pour tenter de paralyser toutes les formes d’auto-organisation partout en France et ailleurs : contre des Gilets Jaunes, des personnes des quartiers populaires, des antifascistes, des écologistes…

Leur justice en carton-pâte ne nous fait pas peur : le 1er, 2 et 3 juin, réunissons-nous à Bar-le-Duc devant le tribunal. Soyons nombreux.ses à affirmer notre opposition au nucléaire, à soutenir nos ami.e.s, à célébrer toutes nos luttes et à dénoncer cette instruction.

C’est le moment d’enterrer CIGEO !

RDV le 1er juin à partir de 9h à Bar-le-Duc sur la place Saint-Pierre

Tous les jours du procès : rassemblement devant le tribunal

Mardi 1er juin 14h : cortège festif ! 

Dans le  contexte de la pandémie de COVID-19, nous invitons chacun.e à prendre les mesures adéquates. Gel et masques seront à disposition en quantités suffisantes.

 Faites tourner l’info, svp, le délai est très court pour mobiliser : parlez-en autour de vous !

PROGRAMME

Tous les jours, rassemblement devant le tribunal : retrouvailles, tribunes, discussions, infokiosque, lectures, ateliers, stands, miam, chants, danses, cabaret…
Possibilité d’hébergement sur Bure et alentour.

Plus d’infos à venir ici et sur bureburebure.info


APPEL A DONS POUR LE SOUTIEN ANTIREP








Source: Desarmons.net