La Dépêche et Roland le proprio ont choisi d’instrumentaliser la situation de cette maison peu de temps après l’annonce du prolongement de deux mois de la trêve hivernale, créant un mouvement de défense de la propriété privée et un déferlement de haine et de violence. Depuis dimanche, une cohorte de harceleureuses, mêlant les protagonistes habituel.les que sont les keufs, les fachos et les médias auxquel.les se rajoutent des “citoyen.nes vigilant.es”, menacent, tabassent et tentent d’expulser les habitant.es.

Face à ça, un réseau de solidarité s’est mis en place et résiste jusqu’à présent.

Quoi qu’il en coûte, nous soutiendrons toujours les squatteureuses. Quelle que soit la situation, nous serons toujours solidaire de celleux qui se battent pour avoir un toit. Nous continuerons de soutenir les personnes précaires et de lutter contre la propriété privée.

ON CONTINUERA D’ENTRETENIR VOS VILLAS VIDES CONTRE CETTE VIE-LA !

Nous appelons à toutes actions de solidarité avec le 83 avenue de fronton, et à défendre tous les squats !

Des squatteureuses toulousaines




Source: Iaata.info