Septembre 17, 2021
Par Dijoncter
222 visites


A Dijon, le Quartier Libre des Lentillères, l’Epace Autogéré des Tanneries, le Cri des Terres, l’association des Ami.es des Jardins de l’Engrenage apportent leur soutien à tou.te.s les jardinie.re.s et habitan.te.s d’Aubervilliers qui luttent contre les logiques destructrices et écocides menées par le Grand Paris.

Le 2 septembre dernier, la JAD (Jardins à Défendre) d’Aubervilliers a été expulsée. Il n’a fallu que quelques heures aux bulldozers et pelleteuses pour raser cabanes, arbres et jardins ; scènes de destruction que l’on peut facilement s’imaginer à Dijon, tant elles nous rappellent le ravage des jardins de l’Engrenage en avril et juillet derniers.

Dans la foulée, la ville d’Aubervilliers annonce le démarrage officiel des travaux, alors qu’un recours juridique déposé par des associations et jardinie.re.s doit encore être étudié.

La bétonisation n’attend pas…

Sur ce site, les 10 000 m2 de jardins ouvriers, cultivés depuis plus de 100 ans, sont menacés par la construction d’un gigantesque centre aquatique pour les JO de 2024. Le solarium, qui jouxterait la future piscine olympique, menace directement les jardins. Au-delà de ce projet totalement aberrant, la logique de métropolisation impulsée par Grand Paris Aménagement, fait peser le risque de voir la totalité des jardins ouvriers d’Aubervillers et de Pantin disparaitre au profit de la construction d’une gare du Grand Paris Express, de quelques écoquartiers et d’un quartier de bureaux et d’hôtels.

Une fois de plus, les choix urbanistiques répondent ici à des exigences d’attractivité touristiques et économiques dans une vision court-termiste qui ne profitera aucunement aux habitant.e.s de la Seine-Saint-Denis, mais uniquement aux prélats de la croissance et du béton. Encore une fois, aucune attention n’est portée aux populations locales, à leurs besoins en espace de respiration et de jardinage, à leur envies de balades dans les bois et d’espaces de sociabilité potagère, à une idée du bien-vivre qui se réalise hors des lieux de consommation et de de la course aux profits.

La JAD occupée depuis le printemps a été expulsée, mais la résistance aux projets démesurés qui menacent les jardins, les bois et les espaces naturels d’Aubervilliers se poursuit.

La lutte continue, à Aubervilliers, comme partout ailleurs !

On vous encourage à rejoindre la manifestation du 18 septembre à 10h30 devant la Mairie d’Aubervilliers.

Le Quartier Libre des Lentillères

L’espace autogéré des Tanneries

Le Cri des Terres

L’association des Ami.es des Jardins de l’Engrenage

PNG - 802.8 ko




Source: Dijoncter.info