Août 11, 2016
Par Paris Luttes
137 visites


Dans les médias, les assassins en uniforme racontent préventivement une histoire à dormir debout : cet homme, originaire de Saint-Jean, aurait été interpellé par la police municipale saoul dimanche après-midi rue Bayard après qu’un citoyen vigilant ait appelé le 17. Il aurait été embarqué, « même pas menotté », direction le commissariat de l’Embouchure avant d’être placé en cellule de dégrisement. Une fois au poste, l’homme voit un médecin qui ne remarque rien de particulier. Puis, dans la nuit, aux alentours de 2h30, « les policiers de permanence ont découvert l’homme décédé alors qu’ils étaient venus le réveiller pour voir s’il avait dessaoulé ». Lundi après-midi, une autopsie est réalisé et montre « une importante hémorragie intracrânienne provoquée par une fracture du crâne », mais le médecin légiste et le procureur qui s’étaient déplacé sur place au milieu de la nuit s’empressent de rajouter qu’ils n’ont constaté « aucune trace de violence ».

Alors, comment meurt-on d’une fracture du crâne dans un commissariat ?

Lire la suite sur IAATA




Source: