Mai 23, 2021
Par Contrepoints (QC)
250 visites


Les rives du Saint-Laurent sont prises malgrĂ© elles dans une grande pĂ©riode de bouleversement. Depuis quelques annĂ©es, le pont de glace qui liait l’Île d’OrlĂ©ans et la CĂŽte-de-BeauprĂ© ne se forme plus en hiver. Les diffĂ©rentes espĂšces qui l’utilisaient pour se dĂ©placer entre l’üle et la terre ferme se retrouvent privĂ©es de cette migration salutaire. À deux pas, un projet d’expansion portuaire vise Ă  s’implanter dans une zone densĂ©ment peuplĂ©e et qui a dĂ©jĂ  trop subi les tords de la pollution industrielle.

De mĂȘme, dans l’est de MontrĂ©al, un des derniers espaces en libre Ă©volution est menacĂ© par la bĂ©tonisation. Une entreprise crapuleuse oeuvrant dans le commerce international vise Ă  y installer un pĂŽle de transbordement de conteneurs qui doit accroĂźtre la circulation de camions par centaines de milliers. À moins de joindre leurs forces, les personnes y ayant trouvĂ© un logis, les promeneurs et toutes les espĂšces qui y vivent s’en retrouveront Ă©vincĂ©s.

Entre les deux grandes villes, Ă  Contrecoeur en MontĂ©rĂ©gie, l’un des derniers habitats du Chevalier cuivrĂ© risque d’ĂȘtre dĂ©truit par un terminal de conteneurs, une installation annexe au Port de MontrĂ©al. Il s’agit de la seule espĂšce de poisson dont l’aire de reproduction se trouvent exclusivement au QuĂ©bec. C’est donc dire qu’il faut choisir entre sa survie et un autre projet vouĂ© au commerce international.

VERS LA FORMATION DE CORRIDORS DE SOLIDARITÉ

Tous ces projets trouvent leur sens au sein de la StratĂ©gie maritime du Saint-Laurent, qui liĂ© avec le Plan Nord, forme le plan gĂ©nĂ©ral de la destruction des territoires et de leur soumission Ă  la dictature de l’économie. L’aggrandissement des ports et l’élargissement des voies navigables va de pair avec l’extraction miniĂšre au Nord et avec la dĂ©vastation des forĂȘts qui l’accompagne. Pensons par exemple aux terminaux portuaires qui doivent ĂȘtre construits au Saguenay pour exporter les minerais de la trĂšs polluante mine de MĂ©taux BlackRock. Ou encore Ă  la mine Nouveau Monde Graphite et Ă  l’arnaque GNL-QuĂ©bec qui, dans un simulacre de transition Ă©cologique dĂ©vasteront fleuves et forĂȘts.

Nous pensons que nos luttes devraient ĂȘtre tout aussi liĂ©es que les projets dĂ©vastateurs auxquelles elles s’opposent. L’idĂ©e de former des corrdiors de solidaritĂ© serait d’arriver Ă  faire circuler de l’information, des invitations Ă  des Ă©vĂ©nements ou Ă  des actions de dĂ©sobĂ©issance contre les projets partout oĂč ils se trouvent. Nous aimerions que de plus en plus de gens circulent Ă  travers ces corridors pour aller appuyer les mobilisation dans d’autres villes et dans d’autres rĂ©gions.

Un exemple inspirant pourrait-ĂȘtre celui de la mobilisation de l’annĂ©e derniĂšre en soutient aux Wet’suwet’en contre le pipeline TransMountain. Plusieurs ont traversĂ© le Canada pour leur prĂȘter main forte. Ceux qui ne le pouvaient pas ont participĂ© Ă  des manifestations ou Ă  des blocages ferroviares lĂ  oĂč ils se trouvaient. La rĂ©sistance collective est devenue un immense obstacle Ă  la rĂ©alisation du projet. C’est ce genre d’Ă©nergie que nous voulons voir naitre Ă  travers ces corridors de solidairtĂ©. À l’offensive destructrice il nous faut rĂ©pondre par une contre-offensive pour le vivant!

Nous n’avons jamais
été aussi séparés, et pourtant
nous n’avons jamais eu autant besoin d’ĂȘtre ensemble.




Source: Contrepoints.media