Octobre 19, 2021
Par Rebellyon
165 visites


- > Depuis quelques mois, les violences d’extrême-droite se sont multipliées un peu partout en France, et s’illustrent notamment dans des agressions de personnes racisées, lgbtquia+, de militant.e.s, mais aussi dans l’attaque de locaux – comme ce fut le cas de la librairie la Plume Noire à Lyon, le 20 mars dernier -, de manifestations comme le cortège antifasciste à Toulouse le 11 septembre -, ou encore de rassemblements comme celui de la fierté lesbienne à Lyon le 24 avril 2021…

Tout cela a lieu dans un contexte où l’on compte des dizaines de projets terroristes d’extrême- droite déjoués, où des sites comme « Fdesouche » dressent des listes de profils de militants de gauche, et où la sur-présence médiatique de Marine Le Pen et d’Éric Zemmour entraîne une surenchère de racisme et de haine dans le débat public.

- >Par ailleurs, à Lyon, les 22 et 23 septembre 2021, sept militants antifascistes ont été interpellés dans le cadre d’une affaire politique montée de toutes pièces par la Préfecture, et quatre d’entre eux ont été placés en détention en l’attente de leur procès qui aura lieu le 4 novembre : le Parquet et le Tribunal de Lyon ont fait le choix politique d’incarcérer des personnes, sans qu’aucune plainte n’ait été déposée, pour une simple altercation aux abords d’une manifestation contre le pass sanitaire, avec des individus d’extrême-droite du groupe ultra-réactionnaire Civitas.

- > Le Comité de Soutien s’est créé dans le but d’apporter une aide financière, juridique et politique aux sept personnes incarcérées ou placées sous contrôle judiciaire.

Nous dénonçons dans ce coup de filet judiciaire une manœuvre éminemment politique et exigeons la relaxe des sept personnes concernées par le procès à venir.

Nous dénonçons ce traitement d’exception réservé à des militants luttant au quotidien contre les idées haineuses portées par les extrêmes-droites et leurs soutiens.

Nous dénonçons la désinvolture de ces mêmes tribunaux face aux agissements, notamment à Lyon, de groupuscules racistes, homophobes, antisémites et islamophobes.

Les idées d’extrême-droite sont une gangrène.

- >Les derniers mois ont été tout autant marqués par une fascisation progressive de la société que, sans grande surprise, par un cap vers l’extrême-droite du gouvernement Macron/Darmanin.

Ce dernier a permis que soient votées des lois parmi les plus liberticides et anti-sociales de ces dernières années.

La réforme de l’assurance-chômage et le projet de loi sur les retraites accentuent de manière gravissime les inégalités sociales et font le lit d’une précarisation générale liée au système néolibéral.

La « loi sur les séparatismes » enracine profondément au cœur même de l’État une islamophobie décomplexée.

La « loi sécurité globale » fait du pied à l’institution policière, alors que violences et crimes de policiers racistes aux nets relents de colonialisme ne sont jamais punis.

La gestion désastreuse de la crise sanitaire accélère la fuite en avant autoritaire de la classe dirigeante, et la chasse aux migrant.e.s, aux sans-papiers a rarement été si zélée…

Ainsi, nous appelons à rejoindre la manifestation organisée par différentes organisations lyonnais ce samedi 23 octobre 2021 à 14h30 au départ de la place Bellecour, contre l’extrême-droite et ses violences, et contre la fascisation progressive de chaque espace de la société.

- > Nous vous invitons à rejoindre notre cortège antifasciste déterminé et radical !

L’antifascisme n’est pas un crime.

L’antifascisme est l’affaire de tou.te.s.




Source: Rebellyon.info