Mais jusqu’où vont-ils (ou elles) aller ?

Manupoléon Macrozy
Lundi 27 juillet, JupiZeus s’est invité dans les jardins du ministère des Relations pour le traditionnel pot de session parlementaire.
Son message de remobilisation aux députés LaREM était à mi-chemin entre le slogan sarkozyste « Ensemble tout devient possible » et le napoléonien « Impossible n’est pas français » : « L’impossible est possible quand la volonté est là. Vous êtes la majorité de la volonté. Vous ne devez jamais oublier cette volonté bienveillante. »
Opération Je-Brosse-Dans-Le-Sens-Du-Poil.
N’oublions pas le célèbre proverbe : « Caresse de chien donne des puces… »
#LaRemComedyClub
#CoursDHistoireAvecJupiZeus
#CalinothérapieAuSommet
#ArtDeBrosserDansLeSensDuPoil

________________________________

Violence illégitime
Cédric Chouviat le 3 janvier 2020 : « J’étouffe ! »
Derniers mots (répétés 7 fois) du livreur de 42 ans, mort à la suite d’un contrôle policier.
Gérald Darmanin devant la Commission des Lois de l’Assemblée le 28 juillet 2020 : « Quand j’entends le mot ‘violences policières’, moi personnellement je m’étouffe. […] La police exerce une violence certes, mais une violence légitime, c’est vieux comme Max Weber. »
Propos choquants d’un ministre de l’Intérieur.
Outrage à la famille de Cédric Chouviat.
Justification de l’injustifiable.

Parler de « violence légitime » est une aberration, se basant sur un oxymore – figure de style qui consiste à allier deux mots de sens contradictoires. La violence est l’expression de la loi du plus fort, tandis que la légitimité renvoie à la loi, au droit, au principe de l’égal respect de tous.
Darmanin émet l’idée erronée de violence légitime d’État en invoquant le sociologue Max Weber qui écrivait : « L’État est cette communauté humaine, qui à l’intérieur d’un territoire déterminé […] revendique pour elle-même et parvient à imposer le monopole de la violence physique légitime. » [<a title="Conférence de 1919 sur « La Politique comme vocation et comme profession » – une des deux conférences réunies et traduites en français en 1959 sous le titre Le Savant et le Politique.  » class= »notebdp »>note] Max Weber ne définissait aucunement la police mais l’État.
Par ailleurs, le ministre de l’Intérieur fait un énorme contresens. Alors que les propos du sociologue Weber sont purement descriptifs et non normatifs, Darmanin suggère l’idée que l’État, c’est la police, que sa violence est ainsi légitime. Weber constate l’inverse : quand il y a monopole de la violence physique légitime, il y a État.
Confondre « force » et « violence » relève du même « confusionnisme » qui tente de substituer dans l’opinion « l’ordre » à « la justice ». L’ordre n’est pas la justice et il est parfois nécessaire de créer le désordre pour faire triompher la justice. La force ne permet pas la violence, la force n’est pas la violence. A l’opposé, du fait de sa dangerosité, la force se doit de se retenir, et doit d’être proportionnée à la situation.
La « violence légitime » est un concept qui illustre la mutation accélérée de l’État Providence vers l’État régalien, et la dérive fascisante du discours politique qui l’accompagne. Elle est un élément de langage qui n’est qu’un exemple d’une communication méprisant les valeurs démocratiques qui tend à justifier la dérive arbitraire du pouvoir, fondée sur la figure du Chef, « le plus fort », et non le respect de droit.

A écouter, un podcast France Culture de juillet 2018 : « Police : une illégitime défense ? »

#PolitiqueComedyClub
#ViolenceIllegitime
#EtatTotalitaire
#ViolencesPolicieres

Rosa Bronca


Article publié le 09 Août 2020 sur Monde-libertaire.fr