Mais jusqu’où vont-ils (ou elles) aller ?

L’extrême sécuritaire
Le Parlement a adopté définitivement lundi 27 juillet une proposition de loi LaREM très controversée prévoyant des «mesures de sûreté » pour les condamnés d’actes terroristes.
L’autorité judiciaire pourra ainsi imposer aux personnes condamnées à l’issue de leur peine et ce, pendant cinq à dix ans, l’obligation de répondre aux convocations du juge d’application des peines, d’établir sa résidence en un lieu déterminé, des interdictions d’entrer en relation et de paraître dans certains lieux, l’obligation de pointage ainsi que, sous réserve de l’accord de la personne, le port du bracelet électronique.
Les députés LaREM, LR, UDI et Agir ont voté pour, tandis que les élus MoDem se sont partagés et les socialistes se sont majoritairement abstenus. Les groupes LFI, PCF et Libertés et territoires se sont prononcés contre ce qu’ils considèrent comme une «surenchère sécuritaire ».
Le Conseil national des barreaux (CNB), qui représente les 70 000 avocats de France, s’était élevé début juin contre « la peine après la peine », dénonçant un texte qui remet en cause les garanties de L’État de droit.
Très critique également, la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) avait appelé « à s’en tenir aux techniques traditionnelles du renseignement » et à « œuvrer en faveur de la réinsertion, seul gage véritable d’une prévention de la récidive ».
« Nous sommes sur une ligne de crête au regard des libertés publiques », a néanmoins reconnu Raphaël Gauvain, député LaREM, après le vote. « Si ces mesures de sûreté sont trop sévères, trop restrictives (…) alors notre dispositif encourt le risque d’être déclaré inconstitutionnel. Cela a été le fil rouge de nos travaux ».
Quelques minutes après l’adoption de la proposition de loi par les députés, le Président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand (LaREM) a annoncé qu’il saisissait le Conseil constitutionnel pour vérifier l’équilibre entre « prévention des atteintes à l’ordre public » et respect des « libertés constitutionnellement garanties. »
Quand s’en va L’État providence, s’en vient L’État sécuritaire…

« Le mot État est identique au mot guerre. » (Petr Alekseïevitch Kropotkine dans Paroles d’un révolté)

#LaRemComedyClub
#EtatUltraSecuritaire
________________________________________________________

Croissance verte

Il n’y a pas que les maires RN qui augmentent impunément leurs indemnités. Du côté des Verts lyonnais aussi, on prend soin de son « petit pécule ». La Métropole de Lyon, présidée par l’EELV Bruno Bernard, a décidé d’augmenter la rémunération de ses vice-présidents. Et pas qu’un peu… plus de 1000€ mensuels d’augmentation ! Ce qui portera leur rémunération de 2 811 à 3 811 euros bruts. Toutefois, il est utile pour le lecteur, de situer ce revenu… En France, le salaire brut mensuel moyen a augmenté de 0,5% sur un an pour l’ensemble de la population… tandis que, pour info, Bernard Arnault président du groupe LVMH devient la deuxième fortune mondiale, après Jeff Bezos patron d’Amazon, avec 108 milliards de dollars (+25,1 milliards par rapport au précédent classement), reléguant Bill Gates (107 milliards) à la troisième place du podium.
Prendre soin de ses deniers personnels… tout un art !

#EELVComedyClub
#LaNouvelleVague
#VousReprendrezBienUnP’titVert

Rosa Bronca

Pour hier


Article publié le 02 Août 2020 sur Monde-libertaire.fr