Novembre 28, 2021
Par Rebellyon
241 visites


Dès le 1er mars dernier, notre collectif, constitué d’enseignants, de parents, de professionnels de santé, interpellait l’ARS par l’intermédiaire de la mairie de Vaulx-en-Velin et l’inspection académique, pour dénoncer la crise du secteur médico-psycho-social pour les enfants de notre commune. Nous organiserons un nouveau rassemblement le mardi 14 décembre, à 12h00 devant l’hôtel de Ville de Vaulx-en-Velin, pour continuer de dénoncer cette situation.

Communiqué de presse du 24 novembre 2021

PDF - 68.9 ko

Communiqué du collectif « Enfants en souffrance à Vaulx-en-Velin »

Dès le 1er mars dernier, notre collectif, constitué d’enseignants, de parents, de professionnels de santé, interpellait l’ARS par l’intermédiaire de la mairie de Vaulx-en-Velin et l’inspection académique, pour dénoncer la crise du secteur médico-psycho-social pour les enfants de notre commune.

Pour rappel (voir communiqués du 23 avril et 13 mai 2021), nous avons sondé les écoles et fait le constat suivant :

• 178 enfants auraient besoin d’une prise en charge en CMP*, qui n’en accueillait plus depuis 2019,

• 87 enfants sont en attente de places en SESSAD*, 25 élèves sont en attente d’AESH*, 29 enfants sont en attente de place en établissement IME* ou ITEP*, alors qu’ils en ont reçu le droit comme compensation de leur handicap, par une notification de la MDPH*,

• 200 enfants sont en attente de place chez l’orthophoniste,

• 51 enfants auraient besoin d’un bilan en centre de référence.

Derrière ces chiffres, des enfants sont réellement en souffrance, des parents en détresse sont en demande d’aide et rien ne peut leur être proposé. Des situations, qui pourraient se résorber avec une réponse adaptée, se cristallisent. Ces enfants sont les adultes de demain et le prix à payer pourrait s’avérer humainement dramatique.

Après avoir été reçu en mairie par l’ARS, le Vinatier, la métropole le 26/05/2021 nous avons été informés :

- que la mairie travaille avec tous les partenaires pour tenter de faire venir des professionnels sur la commune,

- que 30 % des postes de médecin du Vinatier ne sont pas pourvus,

- qu’afin de mieux répartir les moyens, les CMP sont restructurés autour d’une plate-forme d’accueil et d’orientation (POP), et organisés en départements spécialisés.

- que la MDPH fait tout son possible pour traiter les dossiers rapidement, et que la moyenne est actuellement de 6 mois,

- que le problème de la santé mentale est un problème national, et en rien spécifique à notre territoire.

Aujourd’hui le collectif continue de dénoncer la situation :

- à ce jour la plate-forme POP ne nous semble pas régler les manques de soins pour les enfants. Les démarches sont très lourdes et sinueuses pour les familles, certaines se découragent ou se perdent en route. Pire, les enfants relevant d’une spécialité devront se déplacer à Meyzieu, ce qui prend une heure en transports en commun. Bien des familles ne se déplaceront pas. Enfin, le rôle de cette plate-forme n’est encore pas très clair : les familles sont parfois redirigées vers le libéral, sachant que celui-ci est soit saturé (orthophonistes), soit inexistant (psychomotricité, psychologue, ergothérapeute) sur notre commune. Par ailleurs certains soins ne sont pas remboursés et hors des moyens de nombreux vaudais. Il semble donc acté qu’il n’existe plus de service public de santé pour certains enfants.

- la situation des AESH* ne fait que s’aggraver : la mise en place des PIAL* les obligent souvent à se partager entre plusieurs établissements, sans tenir compte des réalités de terrains. Les congés maladie, maternités ne sont pas remplacés. Les élèves se retrouvent bien souvent sans AESH, ou avec 3 ou 4 heures par semaine, sur des temps pas toujours adaptés.

- le SESSAD de Vaulx-en-Velin est également en restructuration. Une partie sera rattaché à l’IME de Vaulx-en-Velin, et l’autre à l’ITEP de Meyzieu. Nous manquons de recul sur les conséquences, mais nous nous inquiétons d’une nouvelle délocalisation pour la prise en charge d’une partie des enfants vaudais.

Puisqu’on nous dit que le problème est national, nous avons alerté le ministre de la santé. Il a fini par nous répondre… en nous renvoyant vers l’ARS* !

Pourtant, nous ne sommes par les seuls à alerter : dans son récent rapport sur la santé mentale, « La Défenseure des droits recommande non seulement d’augmenter le nombre de centres médico-psycho-pédagogiques (CMPP) et de centres médico-psychologiques (CMP), mais également de développer et soutenir les projets de création d’équipes mobiles et de reconnaître le modèle de l’équipe mobile comme un « équipement » de l’hôpital. »

C’est pourquoi nous organiserons un nouveau rassemblement le mardi 14 décembre, à 12h00 devant l’hôtel de Ville de Vaulx-en-Velin, pour continuer de dénoncer cette situation.

Nous revendiquons :

• un CMP local et généraliste, avec des moyens (pédopsychiatre en particulier), qui puisse accueillir directement les demandes des familles.

• des solutions pour augmenter le nombre de professionnels sur la commune : orthophonistes, psychomotriciens, ergothérapeutes, avec des solutions de prise en charge.

• les moyens pour honorer les compensations prévues par la MDPH

• l’amélioration de la prévention dès la petite enfance (actions de préventions avec les structures, mise en place de lieux d’accueil parents…)

Nous attendons l’audience prévue par Mme la maire pour cet automne, afin de faire les point avec les différents partenaires : ARS, Vinatier, Métropole, éducation nationale.

* CMP : Centre médico-psychologique

SESSAD : Service d’éducation spéciale et de soins à domicile

AESH : Accompagnant d’Elèves en Situation de Handicap

IME : Institut médico-éducatif

ITEP : Institut thérapeutique, éducatif et pédagogique

MDPH : Maison départementale des personnes handicapées

PIAL : Pôle Inclusif d’Accompagnement Localisé

ARS : Agence Régionale de Santé

Contacts :

[email protected]

infos : https://enfantsensouffrancevv.wordpress.com




Source: Rebellyon.info