Janvier 23, 2021
Par Paris Luttes
240 visites


Qui sont les casseurs véritables ?

Le 28 novembre [2020] fit se lever sur les chaînes d’information une tornade d’injures (nous pouvions nous y attendre)

Mais il est de notre droit de répondre à certaines assertions.

Il est des idoles à briser. Certaines chaînes d’information sont sur nos listes. L’amalgame du « casseur-en-panne-de-neurones » assimilé au Black bloc, cet amalgame a assez duré ! On ne le dira jamais assez : le Bloc noir n’est pas une marque de fusil mitrailleur mais une libre organisation régie selon des règles qui tiennent autant de la guérilla urbaine que du poème en acte.

Casseur… que nous évoque ce mot ? Qu’est-il censé évoquer ? Absence de pensée ? Assassin en puissance ? Cyclope ? Je fais l’hypothèse qu’il se désigne d’abord comme un geste purement « moteur » (détruire aveuglément) un geste dont la visée destinale consiste à anéantir le Réel (vivant ou inerte), un geste sans projet, sans symbole concevable. Pareilles entités (zombies ou Jabberwok) existent uniquement sur pellicule. Mais l’image du casseur nous ramène aussi quelques années en arrière : bien avant « la loi anti-casseur » (1970), il y eût le briseur de grève, recruté dans la pègre.

Il y a maldonne ici ! Nous n’appartenons à aucun Empire, à aucune guilde, à aucun leader !

Croire en l’auto-détermination est notre viatique, notre seul Idéal. Nos colères, en revanche, s’abattent sur ce qui prétend légiférer avec autorité sur le peuple. Inlassablement, nous combattrons tout ce qui entrave le peuple, du reste, nous en sommes !

Les ennemis, nos ennemis ne datent pas d’hier. Vidocq (mouchard inspecteur) fut un sacré rabatteur à la fin de la Restauration, puis vînt le SAC (les années De Gaulle) qui prit le relai jusqu’à la tuerie d’Auriol. Aujourd’hui, sans l’avoir voulu, le gitan, l’étranger (d’où qu’il vienne), le mendiant, la « racaille » et le bloc noir portent les stigmates de la Carlingue (La Carlingue : gangsters psychopathes au service de la Gestapo française durant la collaboration).

Rien d’étonnant à cela : les programmes d’information nous brossent un portrait si fortement simiesque qu’on en viendrait à succomber aux images trafiquées.

Place peu confortable.

Quel rapport me direz-vous entre la brutalité aveugle d’un casseur et les revendications politique du Bloc noir ? AUCUNE !

Ne s’agit-il pas pour la Justice de disqualifier toute activité de pensée chez nos militants ? Réduire la révolte à l’agir fonctionnel. En 1961, on désignait les blousons noirs, ces amateurs stylés de Gene Vincent et de Vince Taylor, par leur coefficient de violence. Qui étaient-ils en majorité ? La plupart jeunes chômeurs, parqués en cités vétustes, certains de l’assistance. Un peu soupes-au-lait, ça tournait facilement au vinaigre entre bandes rivales (comme au temps des apaches de Belleville) mais depuis quand la misère engendre-t-elle autre chose que la rage et la castagne ? Qu’il est facile de réduire un état de chose à sa dimension grossière en éliminant toute causalité sociale.

Le Blouson noir se substituait à son insu (dans la presse réactionnaire) aux membres du lumpen dont nous savons qu’en 1847 Karl Marx (l’autoritaire de service) jugeait le sous-prolétariat inapte à la révolution, inapte à l’organisation. Un préjugé d’essence à ne pas oublier dans nos luttes internes.

Partition fâcheuse, qui dès le début créa un conflit irréductible avec Bakounine, anti-autoritaire. Désaccord qui ne cessera jamais.

Ce qui n’empêcha pas Lénine d’utiliser, puis de trahir Nestor Makhno et ses camarades ! Or nous sommes anarchistes, nous sommes les nouveaux Diggers, Emett Grogan est mort trop tôt.

Que cette nuance soit entendue auprès des adversaires de toute libre organisation. Le catéchisme de l’Idéologie allemande et du Manifeste exhale des relents bien trop autoritaires qui nous feront toujours frémir. Donc, à quoi nous réduit-on, pour ceux qui se chagrinent des flammes échappées de l’infecte Banque de France le 28 novembre 2020 ? A des casseurs ! Mais c’est oublier la signification symbolique du geste. Bref, assimiler casseur et Black bloc, c’est réduire l’anarchisme au nihilisme, c’est-à-dire à la psychopathie. Mais rien n’est moins vrai. Nous ne sommes pas “psychopathes”. Utile précision.

Rien ne se construit selon nous, dans une égale humanité, si l’horizontalité et la redistribution directe aux plus démuni.e.s n’est pas le projet fondateur. Tel est la première pierre de l’édifice égalitaire du bloc noir. Pas de gardes rouges entre nous, pas de Père de la Nation, ni de Grand Timonier, ni de tribunal ou de Terreur Blanche.

Lorsque CNews ou BFM commentent une manif avec leur coutumière morgue aristocratique, il s’agit de faire glisser le Black bloc du côté de cette entité bien mystérieuse que ni la médecine, ni la sociologie, ni la psychologie ne savent définir (les manifestants en colère) et que le café du commerce se plait à désigner comme « psychopathe ».

D’ailleurs qu’entendent-ils par-là ? Le savent-ils eux-même ? Peu de chance. Éclairons-les, ces nouveaux Daxiat : Casseur/Psychopathe, une entité bi-face, un être voué au culte de destruction.

Ce qui est curieux, c’est que par un étrange renversement le terme psychopathe est presque devenu laudatif dans une jeunesse nourrie de Tarantino ou Scorsese. Cela ne nous satisfait pas non plus. La réalité est plus sombre et en aucune manière, il n’est question de faire du révolutionnaire un fétichiste du Colt 45 !

Première observation. La légende policière veut que le casseur ne soit mû que par la casse, le psychopathe (terme bien ancien) réfracte à lui seul tout l’archaïque instinctuel, toute la destructivité atavique des premiers âges de l’industrie, celle d’un siècle propice aux “Mystères de Paris”, ceux que l’on appelait jadis « les classes dangereuses ».

Le casseur-psychopathe serait, en cela, exclu de la séparation « Nature-Culture ». Le casseur serait un être, non de Culture, mais de Nature et une nature sauvage, brute, son comportement dysfonctionnel atteste sa « sauvagerie » (brûler une banque, casser une vitrine de McDo, tout ceci est pour le dominant social du domaine de l’Autre, de l’acte irrationnel). L’animalisation du Black Bloc, sa réduction au casseur a bien sûr, pour effet de disqualifier toute démarche réflexive chez l’anarcho-autonome, mais pas de chance pour la presse : nous pensons encore ! Malgré les arguties du quai des Orfèvres. Cette poussiéreuse odeur d’Empire français (décomposé) est devenue aussi irrespirable que les gaz à effets neurologiques prolongés que nous balancent en pleine gueule les nouveaux SA (pardon, les CRS) et leurs copains Bacqueux.

En filigrane, la haine raciale, la haine de classe, la haine de genre palpite dans les commentaire de journaliste après chaque manif (je fais obstinément référence au 28 novembre 2020 : que d’épithètes agressifs proférés sur Cnews et BFM).

Le mieux serait d’examiner, de disséquer ce que recouvre le terme pseudo-médical de « psychopathe ».

Ce terme provient (rien de surprenant) de la steppe psychiatrique. Cette région du savoir, indéterminée et aussi floue que les composants de la pierre philosophale, si chère aux alchimistes.

Malheureusement pour cette nuée de flics-journalistes, nous savons depuis Georges Canguilhem que les faits de la pathologie mentale ne sont pas aisés à définir tant que l’on applique à celle-ci des concepts issus de la médecine somatique. Dès lors, à quoi sert la langue lorsqu’elle fustige avec tant d’ardeur ceux qui disent « Basta » au monde dans toute sa laideur ? Assez de suspense. Fustiger, qualifier, caricaturer sont d’affligeants procédés pour éteindre le sens d’une révolte et retourner une opinion globale. La prison, cette dystopie, est l’horizon où doit finir le casseur ou le black bloc puisqu’il ne savent, dit-on, que détruire. À cet endroit, se tient en équilibre le fantasme de tout préfet de police, la volupté secrète du juge rendant son verdict. On ne le dira jamais assez (avec Foucault) : le juge permet à la police de fonctionner ! Contrôle de normalisation, rituels mécaniques, c’est maintenant un truisme.

Quel est donc ce mystérieux casseur-black-bloc qui fait les choux gras de la presse depuis l’arrestation de Ravachol ?

Son mode d’apparition est indissolublement lié à la violence d’État.

Nous savons pourtant que l’état de « santé sociale » est une “abstraction”, une “convention”, un fragile équilibre tendu entre l’hyper-adaptation de surface et la capacité de révolte jugée pathologique. Considéré socialement, le désordre a pour effet majeur de susciter un ordre, un point d’arrêt. C’est l’infraction qui offre à la règle l’occasion de se manifester en tant que norme régulatrice. C’est pourquoi la fonction correctrice de la règle surgit du délit.

Peut-être est-ce au bloc noir ou à l’asocial que s’applique le mieux la phrase de Gaston Bachelard : « La volonté de nettoyer veut un adversaire à sa taille ». L’affaire Henriette Cornier bien sûr, mais aussi le crime de Troppmann à la fin du Second Empire exemplifient cette rupture du pacte social que sanctionne le nouveau droit pénal à la fin du XVIIIe siècle. Le « monstre » est celui qui brise le contrat primitif et « revient à l’état de nature ». Mais cette nature archaïque projetée dans le monstre est un point de réfraction de la violence contenue dans le groupe social (et l’État dans son entier).

L’indicateur d’anomalie c’est le crime dans son essence intrinsèquement politique. En ce sens, « l’instinct » est l’élément mixte qui permet à l’orée du vingtième siècle à ces deux mécanismes de pouvoir (pénal et psychiatrique) de fonctionner côte à côte. On pathologise les désordres sociaux et l’on code la folie comme maladie de l’âme, pouvoir d’une imagination déréglée. Le psychopathe irrécupérable et l’anarchiste constituent les cibles privilégiées de l’éducateur et du carcéral.

Mais alors où se tiennent (aujourd’hui) les vrais casseurs du champ social ?

Réponse : Là où se tient le sujet qui adhère à ce monde ; un monde qui réclame la vitesse dans la circulation des échanges et qui majore une nouvelle sélection naturelle (la performance), celui-ci peut être dit un “casseur”, puisqu’il cautionne la règle ! La psychologie plonge ici dans un cercle logique : si la violence symbolique qu’incarne l’inégalité des salaires demeure la vérité du fonctionnement social où trouver l’indice au dehors du comportement délictueux ? Bernard Arnault, Didier Lombard, Macron : voici LES casseurs princiers (en costumes Armani ou Kenzo) mais le savent-ils eux mêmes ? C’est ainsi que le centre de gravité se déplace des bas-fonds aux beaux quartiers.

Avouez que ça marche aussi dans ce sens ?

Pour conclure, Cnews ou BFM méritent bien la palme du déchet ! Rien dans leurs descriptions oiseuses, paradoxales, agressives, injurieuses du casseur ne ressemble à ce que nous nommons : « Black Bloc », c’est-à-dire à ce nous sommes.

Ce piège (le vôtre) qui consiste à l’antenne, à nous nommer, nous catégoriser, nous traiter parfois de “voyous” sans nous connaître ! Ce piège là, nous vous le cédons, par malice.

Ulrike Meinhof eût, un jour, raison de répondre à la question d’un journaliste :

« Analysez-vous plutôt vous-même ! »

sylphe

Longue vie au gang des Travailleurs de la Nuit – Demain, est un jour nouveau




Source: Paris-luttes.info