Avril 3, 2022
Par Basse Chaine
222 visites

Ils seront trois.

Trois à être jugé.e.s ce mercredi 6 avril au tribunal d’Angers.

Tout a commencé le samedi 8 janvier 2022. Ce samedi-là, comme tous les précédents, une centaine de manifestants décident de s’opposer dans les rues d’Angers aux mesures autoritaires prises par le gouvernement dans le cadre de gestion de la crise sanitaire ( imposition d’un Pass, suspension des personnels soignants… ) et sont une nouvelle fois réduits au silence : coups de matraque, gazages, interpellations, gardes à vue et comparutions immédiates. Avec toujours bien sûr les mêmes pitoyables défenses : manifestation non déclarée, rébellion sur agent…

L’État n’a t-il donc pas d’autres mesures plus urgentes à prendre que d’encombrer ainsi les commissariats et les tribunaux ?

N’a-t-il pas à s’occuper d’abord des millions de mal-logés, des millions de personnes sous le seuil de pauvreté, des millions de personnes privées d’emploi, de tous les cols blancs qui pratiquent la corruption généralisée et l’évasion fiscale à grande échelle, des menaces écologiques qui annoncent la fin de la vie sur Terre ?

Ils comptent sur nous, soutenons Hervé, Noël et Christelle, qui comparaitront devant le parquet en début d’après-midi en nous rassemblant ce mercredi 6 avril à 12h30 devant le palais de justice.

Pour dénoncer l’intimidation et à la répression des opposants politiques. Pour défendre le simple droit de manifester.

Face à la colère populaire qui s’exprime dans la rue, qu’on la juge légitime ou pas, nous sommes en droit d’attendre d’autres réponses que la réponse policière, que la réponse judiciaire.

Témoignages vidéo des interpellations sur Le Cercle 49.




Source: Basse-chaine.info