Novembre 6, 2020
Par Attaque
290 visites


La Montagne / mercredi 4 novembre 2020

Le jeudi 29 octobre, un homme âgé de 21 ans, originaire de Moissac, dans le Tarn-et-Garonne, et détenu depuis quelques mois au centre pénitentiaire de Riom, est transféré à l’hôpital Sainte-Marie, à Clermont-Ferrand. Mais il ne va rester que quarante-huit heures dans cet établissement spécialisé…
Le samedi 31 octobre, vers 22 h 30, il parvient en effet, en menaçant un aide-soignant, à se faire ouvrir des portes, puis à sauter le mur d’enceinte de l’hôpital et à disparaître dans la nuit.

L’une de ses dernières adresses connues étant située dans l’agglomération de Vichy (Allier), les policiers du commissariat local sont aussitôt alertés par leurs collègues de la sûreté départementale (SD) clermontoise de la possibilité que l’évadé puisse s’y rendre. Ce qu’il fait, avant de parvenir, in extremis, à échapper aux policiers vichyssois venus l’interpeller, en s’enfuyant à pied à travers bois…

Il est finalement localisé, quelques heures plus tard, à Messimy, près de Lyon (Rhône), où réside sa jeune compagne et la mère de cette dernière. C’est là que les policiers d’élite du RAID l’ont interpellé, peu après 6 heures du matin, ce lundi. Le fuyard a aussitôt été transféré au centre pénitentiaire riomois, afin qu’il puisse continuer à y purger différentes peines.

L’enquête de la SD se poursuit afin d’établir s’il a pu bénéficier d’éventuelles complicités lors de sa brève escapade, qui lui vaudra, évidemment, de nouvelles poursuites pénales.




Source: Attaque.noblogs.org