17 Septembre 2019
, Rédigé par groupe Proudhon FA

Lettre de Cesare envoyée à Gérard Streiff.

Ecrite le 9 août, postée le 12 août, reçue le 16 septembre
 
Cher Gérard,
je viens de savoir ces jours-ci – l’isolement, ce n’est pas de la rigolade – une des saloperies que la presse du régime m’a attribuée lors de mes déclarations au procureur. J’ai dit : « …mais il n’était pas nécessaire de mentir à ceux qui m’ont soutenu parce que la question, pour eux, n’était pas innocent ou coupable. J’étais plutôt reçu comme une victime révolutionnaire des années de plomb… » Voici ce que cela devient sous la plume de journalistes malheureux : « …j’ai jamais été une victime d’injustices. J’ai entortillé tous ceux qui m’ont aidé. Avec certains d’entre eux, je n’ai même pas eu besoin de mentir… »
Or, cher Gérard, je sais que, au delà de Libération et d’autres journaux qui l’ont cru ou voulu le croire, il y a eu aussi des auteurs qui ont avalé ce mensonge et qui m’en veulent.
Je voudrais au moins démentir dans le milieu des écrivains et d’autres qui s’étaient solidarisés à l’époque. Ils peuvent vérifier mes déclarations mot à mot, sur le web, je crois que c’est possible. Je défie tous ceux qui ont propagé (ce mensonge) de prouver que c’étaient bien mes mots à moi.
J’aimerais bien que ce démenti circule le plus possible.
Avec mes sincères remerciements et mon profond respect pour tous ceux qui, à l’époque, ont cru en moi en tant que militant et membre de la lutte armée en Italie dans les années 70.
Je vous embrasse.
Cesare
Cesare Battisti
Casa circondariale S. Soro
Loc.  Pedriaxiu, Massama
09170 Oristano


Article publié le 17 Sep 2019 sur Groupe.proudhon-fa.over-blog.com