Septembre 24, 2019
Par Indymedia Nantes
0 visites


Suite Ă  des provocations des gendarmes qui menaçaient le cortĂšge avec leurs LBD, des manifestants leurs avaient lançé des projectiles et une cinquantaine de mĂštres de la grille d’enceinte avaient Ă©tĂ© arrachĂ©s. Dix jours plus tard, quatre personnes avaient Ă©tĂ© interpellĂ©es pour avoir participĂ© Ă  cet accrochage, et jugĂ©es en comparution immĂ©diate. Deux habitants de la CĂŽte-d’Or, ĂągĂ©s de 30 et 33 ans, avaient Ă©tĂ© condamnĂ©s Ă  deux ans de prison dont un avec sursis et mise Ă  l’épreuve. Un troisiĂšme, ĂągĂ© de 21 ans, avait Ă©tĂ© condamnĂ© Ă  dix-huit mois de prison dont douze avec sursis et mise Ă  l’épreuve, tout comme le dernier mis en cause, ĂągĂ© de 25 ans et originaire de l’Yonne. Tous les quatre avaient Ă©galement Ă©tĂ© condamnĂ©s Ă  une interdiction de manifester pendant deux ans.

Une video des affrontements : https://www.youtube.com/watch?v=XpGNWOCVRZI

Le videaste a quant-Ă -lui Ă©tĂ© condamnĂ© Ă  cinq mois de prison avec sursis, 1100€ de dommages et intĂ©rĂȘts Ă  verser aux gendarmes, et un stage de citoyennetĂ© Ă  ses frais pour avoir simplement filmĂ© et diffusĂ© une video de ces affrontements. Cette dĂ©cision a Ă©tĂ© prise en vertu de l’article 222-33-3 du code PĂ©nal, qui dĂ©finit comme un acte de complicitĂ© le fait d’enregistrer des images relatives Ă  la commission d’infractions d’atteintes Ă  l’intĂ©gritĂ© d’une personne. Les deux exceptions Ă  cet article sont le cas oĂč l’enregistrement est effectuĂ© dans un cadre journalistique, ou dans le but de recueillir des preuves pour la justice, ce qui n’a pas Ă©tĂ© retenu les juges, malgrĂ© le fait que le jeune homme ait clamĂ© sa volontĂ© d’effectuer un travail journalistique.




Source: Nantes.indymedia.org