En guise de présentation du N° 2 de Chronique Noir & Rouge

Ce nouveau numéro de N°2 de Chronique Noir & Rouge, Revue de critique bibliographique du mouvement libertaire est éclectique puisque Miguel Cervantès apparaît avec Don Quichotte et il est accompagné d’alpinistes soviétiques et du chanteur d’opéra Chaliapine. Qu’ont-ils en commun avec les idées anarchistes ?

Don Quichotte libérant des prisonniers envoyés aux galères car ce n’est pas aux hommes de punir en se mettant à la place de dieu, saluant courtoisement des jeunes femmes et s’offrant à les protéger alors que visiblement ce sont des prostituées, un paysan qui devient gouverneur et dont le bon sens étonne les aristocrates qui veulent le ridiculiser, et bien d’autres scènes, démontrent la logique de prendre Cervantès pour un anarchiste de son époque. Et l’estime des anarcho-syndicalistes espagnols pour cet écrivain et son œuvre est logique.

Et les alpinistes soviétiques ? Les pauvres sont victimes d’être en liaison avec des espions nazis. Dans les années 1930–1939, il est évident que des communistes allemands et autrichiens émigrés en URSS pratiquant de l’alpinisme et étant moniteurs de ski, c’est très inquiétant. Ce sont forcément des espions qui transmettent des données à l’armée nazie. Heureusement, le Parti des travailleurs les a démasqués et envoyés en Sibérie ou face aux pelletons de fusilleurs. Le Parti de la patrie du socialisme étouffa avec succès les complots des collectionneurs de timbres, des radio-amateurs, des espérantistes, des musiciens, etc., tous en liaisons réelles ou probables avec des agents de l’impérialisme et du trotskisme. Le socialisme scientifique réel est un bel exemple d’obsession inquisitoriale afin de contrôler les individus. Les idées libertaires semblent une libération face à cette démence.

Chaliapine a sympathisé avec le Parti de Lénine et il l’a fuit, sans pour autant devenir un exploiteur et un capitaliste. Un exemple intéressant.

Et l’actualité, l’anarchisme : où est leur place ?

La Fascinante Démocratie du Rojava. Le Contrat social de la Fédération de la Syrie du Nord répond à la question. Dans la douleur, la guerre et au milieu des trahisons des démocraties occidentales, des sadiques égorgeant au nom du Coran version iranienne à la sauce russe ou la version turco-dictatoriale avec d’ex-membres de l’État islamiques, il existe des Kurdes et d’autres ethnies qui tentent de choisir et d’organiser leur vie, sans tuteurs-violeurs qui les dirigent. Une situation que décrit Pierre Bance dont le livre va paraître en octobre aux éditions Noir et Rouge.

On a également des analyses et des présentations de Camillo Berneri, Vassili Grosman, Alexandre Berkman, Jean-Patrick Manchette, Pierre Besnard, des revues Memoria Libertaria, Casse-Rôle et la présentation des éditions du Coquelicot.

Le premier numéro avait 60 pages, on a essayé de faire moins, mais on n’y est pas arrivé !

Voici le sommaire qui devrait plaire !

  • Cervantès libertaire
  • Cervantès antisystème ou pourquoi les anarchistes aiment Cervantès ?
  • La fascinante démocratie du Rojava
  • Vie et destin de Vassili Grossman
  • Contre le fascime. Textes choisis (1923 1937) de Camillo Berneri
  • Murray Bookchin et l’écologie sociale
  • Qu’est-ce que l’anarchisme, d’Alexandre Berkman
  • Pour assurer la paix, comment organiser le monde
  • C’est la nuit surtout que le combat devient furieux
  • Alpinistes de Staline
  • De Chaliapine au marxisme-léninsme
  • Jean-Patrick Manchette
  • Espoirs déçus en Espagne
  • Bulletin memoria libertaria
  • Casse-roles journal féministe et libertaire à prix libre
  • Éditions le Coquelicot
  • Notes de lecture

Éditions Noir et Rouge

75 avenue de Flandres

75019 PARIS

ed.noiretrouge@gmail.com

Abonnement : 5 numéros 20 euros.




Article publié le 25 Sep 2020 sur Paris-luttes.info