Pourquoi saboter ces trottinettes ?

Parce qu’elles marchandisent encore un peu plus la rue. Les voitures qui stationnent privatisent l’espace public, les trottinettes vont plus loin : Chaque bout de trottoir occupé par une trottinette est un espace marchand accaparé par la société qui la loue.


Chroniques d’une trottinette : Pourquoi les trottinettes en free floating sont sabotées (3/4)

Le cauchemar des poussettes et des fauteuils roulants

Parce qu’il a largement été démontré que leur fabrication et leur faible durée de vie les rendent ultra polluantes [1].

Parce que les personnes qui les rechargent la nuit sont exploitées sous le statut d’auto-entrepreneur [2].

Parce qu’elles ne remplacent pas la bagnole, mais la marche à pied [3].

Parce qu’elles participent à une transformation de la ville en smartcity, cauchemardesque terrain de jeu pour hipster [4] content d’être géolocalisé dans tous ses mouvements.


Parce que les déplacements urbains ne peuvent pas être gérés par une meute de sociétés privées domiciliées aux îles Caïman.

Parce que des transports en commun gratuits [5], des deux roues non électriques gratuits en self service [6], c’est possible.

Etc, etc…


Donc le moyen le plus simple, c’est un coup de feutre bien opaque sur le QR code (ne pas oublier de masquer le numéro sous le QR code).



Si cela ne vous semble pas assez radical, il est bien sur possible de balancer la trottinette dans un 4X4, une vitrine de banque ou une permanence LREM par exemple.


Article publié le 10 Sep 2019 sur Mars-infos.org