Janvier 29, 2021
Par Attaque
194 visites


Publicacion Refractario / jeudi 28 janvier 2021

Les compas sont en prison depuis le 24 juillet 2020, après avoir été arrêté.e.s et mis.e.es en cause pour des attaques à l’explosif qui ont eu lieu en juillet 2019 et en février 2020. Les 6 mois d’enquête décrétés au début sont terminés il y a peu et, comme prévu, le Parquet demandera une prolongation, lors d’une audience prévue pour le 11 février.
Tous deux restent en détention sous un régime très strict, Francisco dans la Unidad de Máxima Seguridad, au sein de la Cárcel de Alta Seguridad et Monica dans le Módulo de Connotación Pública de la prison de San Miguel.

Après une mobilisation difficile, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des prisons, pour la remis en place des parloirs pour tous les prisonnier.e.s, à partir de la mi-décembre Monica et Francisco ont réussi à avoir des parloirs, qui restent cependant encore loin des conditions de dignité qu’on voulait atteindre : les parloirs durent deux heures, ils ont lieu toutes les trois semaines et une seule personne peut y prendre part.

Les compas restent fort.e.s, fermes dans la conviction que la prison ne signifie pas la fin de quoi que ce soit, mais que c’est une nouvelle bataille dans la lutte anarchiste. Depuis cet endroit, les deux ont continué a apporter leur contribution à la discussion et à la lutte, montrant que les murs qui sont censés les isoler ne résistent pas à la solidarité et à la complicité entre acrates.

Sédition de l’État policier !
Que la révolte fasse exploser les prisons !
LIBERTÉ POUR MONICA ET FRANCISCO !

Pour leur écrire :

Mónica Caballero Sepúlveda
Centro de prisión preventiva de mujeres de San Miguel
San Francisco 4756
San Miguel, Región Metrópolitana (Chili)

Francisco Solar Domínguez
Unidad especial de alta seguridad – Sección de Máxima Seguridad
Avenida Pedro Montt 1902
Santiago Centro, Región Metrópolitana (Chili)




Source: Attaque.noblogs.org