Dimanche le 22 septembre dernier, des membres du collectif Emma Goldman ont tenu une table dans le parc situé au coin des rues Price et Sainte-Anne (à côté du défunt 21 Price) au centre-ville de Chicoutimi. Au menu : distribution de café gratuit, rencontre avec les gens du quartier et petit ménage du coin. Malgré la pluie, plusieurs personnes sont passées à notre table afin de discuter de leur réalité vécue dans le quartier et leur vision de leur milieu de vie. Nous avons fait notre événement dans ce parc puisque le terrain limitrophe (celui du 21 Price) est vacant et à vendre. Nous pensons donc qu’il serait bon d’abattre la clôture séparant le terrain vague et le parc afin d’agrandir ce dernier. Lors de nos discussions, une personne a donné l’idée d’un terrain de basket et d’aire pour jouer à la pétanque. En effet, mis à part les terrains de soccer (souvent occupés l’été par la ligue régionale) et le skate-park au vieux-port, il n’y a pas beaucoup d’endroits de jeux sportifs au centre-ville. 
Certaines personnes ont aussi mentionné avoir vu un changement depuis l’arrivée d’Ubisoft dans le quartier. Sans dire le mot, ces gens parlaient d’embourgeoisement. C’est l’analyse qu’ils retirent de la situation en ce moment au centre-ville. Restaurants huppés, jeunes professionnels, constructions d’appartements de luxe, tours à bureaux, etc. Les habitants et habitantes du quartier sont très au fait de toutes ces transformations et beaucoup sont inquiets de ce qui peut arriver dans les années à venir. Car nous connaissons très bien la violence de l’embourgeoisement. Répression accru par la police pour « sécuriser » les commerçants et nouveaux arrivants, éviction de petits commerçants pour faire de la place à de nouveaux projets immobiliers ou commerciaux, éviction ou exil des gens les plus défavorisés dû à une hausse des prix des logements ou une pénurie d’appartements abordables, manque de magasins de proximité, etc. Devant toutes ces incertitudes et les attaques menées contre les gens défavorisés qui habitent le centre-ville (et là-dedans, les membres du collectif sont du nombre), nous continuons à nous organiser, à nous mobiliser pour mettre sur pied le milieu de vie que nous désirons. C’est pour cela que nous organisons un autre événement le 5 octobre dès 18h pour une projection d’un film sur les murs de l’ancienne prison de Chicoutimi située sur la rue Price. À la demande générale, spaghetti gratuit et encore plus!

Article publié le 26 Sep 2019 sur Ucl-saguenay.blogspot.com