[extrait]

Plus de 150 personnes se sont rassemblées dimanche dernier à la Place du citoyen afin de commémorer la mémoire de George Floyd et pour dénoncer le racisme ainsi que tous les crimes qui en découlent [1]. Bien que le meurtre de Floyd se soit produit de l’autre côté de la frontière, des personnes appartenant à différentes communautés ont profité de l’événement pour rappeler que le Saguenay n’est pas le royaume de l’inclusion. Il y a eu plusieurs témoignages de personnes racisées vivant au Saguenay qui sont venus mettre en lumière le racisme qu’elles vivent au quotidien. Que ce soit dans la rue ou encore au travail (des personnes blanches ne voulant pas se faire servir au restaurant par une personne noire), le racisme est bien réel au Saguenay-Lac-St-Jean et il ne s’agit pas d’une oppression qui serait restée bloquée à la frontière américaine. Deux autres choses qui sont ressorties de cet événement est la solidarité et la nécessité de dénoncer tous les gestes racistes et haineux. De ne rien laisser passer quand nous sommes témoins de racisme. Pour les personnes blanches, il s’agit de mettre nos privilèges en jeu et de ne pas hésiter à confronter et combattre le racisme. 
Le racisme systémique
Le racisme, tout comme les autres formes d’oppression, ne doit pas être réduit à un jugement moral, mais doit être compris comme un fait social, solidement ancré dans les institutions, la culture, des centaines d’années d’Histoire humaine, etc. Une transformation sociale profonde et à la racine du mal est nécessaire pour l’éradiquer. Il faut souligner que dans cette société inégalitaire, il est souvent normalisé (consciemment ou non) que les personnes qui ne sont pas reconnues comme blanches subissent l’exclusion et de multiples abus que ce soit dans la location de logements, les demandes de travail, la justice, la police, etc. On parle de sociétés où les conditions de vie des blancs et blanches sont largement supérieures à celles des autres groupes, où ceux et celles-ci bénéficient de salaires plus élevés, avec un taux d’incarcération beaucoup moins élevé et des droits mieux respectés, où la blancheur est normalisée dans les représentations sociales, et plus encore. Sans une compréhension du racisme comme un système social plutôt qu’un comportement individuel, nous ne parviendrons jamais à éteindre le feu qui aujourd’hui gagne du terrain. Finalement, il est important de rappeler qu’il n’y a pas très longtemps, des groupes xénophobes et racistes comme La Meute et Storm Alliance étaient présents dans la région. C’est avec une lutte antiraciste active qu’il a été possible de les éradiquer de la carte. À chacune de leurs actions, nous avons multiplié les contre-attaques et les gestes de solidarité. Pour une société inclusive et antiraciste!



[1] La vigile n’a pas été organisée par le Collectif anarchiste Emma Goldman.

Article publié le 02 Juin 2020 sur Ucl-saguenay.blogspot.com