Dimanche dernier (19 mai), une trentaine de personnes se sont déplacées pour participer à la marmite autogérée « De la bouffe, pas des bateaux! ». Le thème visait à mettre en lumière deux problématiques : le désert alimentaire qu’est le centre-ville de Chicoutimi et les projets destructeurs financés à coups de millions par les divers paliers de gouvernements. Face aux projets qui vont enrichir des multinationales, nous proposons l’organisation autonome et la résistance puisque ce n’est pas seulement des bateaux et des gazoducs qui viennent avec ces grands projets, mais c’est tout un monde qui s’impose et se perpétue. Un monde formé d’exploitation infinie des ressources naturelles et des humains, de destructions de milieux de vie et d’une région qui continue à se plier pour le plus grand plaisir de multinationales et d’actionnaires qui vont s’en mettre plein les poches. Tout cela en échange de quelques emplois jetés par terre comme du pain lancé aux goélands. Le Saguenay-Lac-St-Jean sur le Nitassinan doit cesser d’être une région ressource! Pour organiser la résistance, il faut se rencontrer, discuter, penser. Pour nous, cela commence dans notre quartier. Nous pensons notre monde et tentons de le créer petit à petit. Il ne suffit pas de bloquer ces projets extractivistes. Il faut profiter de la lutte et des nouvelles brèches qu’elle ouvre pour proposer et construire une alternative révolutionnaire face à ce vieux monde pourri.

Le marché gratuit

Cette marmite fut encore un grand succès. Un bel après-midi à discuter, partager de la nourriture, jouer ou encore prendre au tas dans le marché gratuit. Nous avons aussi profité de ce moment pour nettoyer le terrain après le passage de l’hiver. Finalement, des personnes sont venues porter une pile de palettes afin de permettre la construction de nouveau mobilier pour le parc, alors gageons qu’il y aura une autre marmite à venir sous peu!

Le commencement du grand nettoyage!
Et le résultat!


Article publié le 24 Mai 2019 sur Ucl-saguenay.blogspot.com