Mai 18, 2016
Par Collectif Emma Goldman
287 visites


Au fil des années qui passent, notre quartier, le centre-ville, se fait défigurer par les vautours du capital. À travers l’émergence des tours à bureaux, des appartements de luxe, de la Place du citoyen et autres projets de « revitalisation », nous ne nous reconnaissons plus. Notre milieu de vie se fait modeler aux désirs des promoteurs immobiliers, des petits-bourgeois et de la mairie. Le quartier où nous habitons ne nous ressemble pas. Plus encore, ils veulent nous chasser. La police traque, profile, harcèle et arrête tous les indésirables qui viennent gâcher leur nouveau quartier des affaires à saveur de béton. Une dérive sécuritaire bien appréciée par les commerçants qui se sentent désormais en sécurité face aux personnes défavorisées et autres jeunes qui traînent dans le coin.  Les caméras se multiplient, tout comme le nombre de flics qui rôdent comme des rapaces dans le quartier. Il est grand temps que tout cela cesse. Face à leur monde, il faut créer ici et maintenant le nôtre. 
L’an dernier est né le Parc du 19 juillet. Une parcelle de terre laissée à la spéculation et à de futurs promoteurs avides d’argent. Le projet gît sur l’un des derniers espaces verts du centre-ville. Il se veut un îlot d’utopies dans ce merdier ambiant. Un espace dans une autre temporalité. En dehors de la vie stressante réglée au quart de tour, de cette société de surconsommation, des places aseptisées à coup de béton et de contraventions. Briser le rythme de la vie anxiogène à laquelle nous sommes poussées à vivre. Le Parc en soi est un symbole, mais à travers lui vient une foule de possibilités. C’est un lieu de rencontre, de discussions. Un endroit où l’on échange des sourires et des rires. Il s’agit de créer un espace qui nous ressemble, en rupture avec ce que veut nous imposer la Troïka (Promoteurs-Petits-bourgeois-Mairie). Penser à ce que l’on veut ici et maintenant. Mettre sur place des réseaux de solidarité et des liens d’entraide. Et dans un but ultime, créer une zone d’autonomie qui en fera essaimer d’autres.

Encore cette année, le Parc du 19 juillet est bien vivant. Le Collectif anarchiste Emma Goldman vous invite à venir à sa réouverture le 12 juin prochain à partir de 13h. Sur place, il va y avoir une distribution de nourriture gratuite et un marché gratuit. Des bancs de parc vont être mis à disposition pour relaxer et discuter, tout comme des ballons de foot et des frisbees pour ceux et celles qui voudront se dégourdir les jambes! Les initiatives personnelles comme la musique, numéro artistique, lecture de textes et autres sont encouragées. Bienvenue à tous et à toutes!

Dans un monde corrompu par l’argent, tout ce qui est gratuit est bon à prendre.” – Coluche

Quand : Le 12 juin à 13h
Où : Parc du 19 juillet, au coin des rues Tessier et Jacques-Cartier Est dans le centre-ville de Chicoutimi.




Source: