Octobre 21, 2021
Par Union Communiste Libertaire (UCL)
281 visites


Les délégations zapatistes qui doivent sillonner l’Europe pour y rencontrer les luttes d’en bas à gauche sont arrivées sur le continent.

Le 5 octobre 2020, l’Armée zapatiste de libération nationale (EZLN) annonçait son intérêt de visiter l’Europe. Partout sur le continent, des collectifs et organisations se sont mis d’accord pour créer des outils de coordination politique et logistique. Ils ont organisé des actions avant l’arrivée de l’avant-poste zapatiste, l’Escadron maritime 421, composé de 4 femmes, 2 hommes et 1 femme trans, qui a réalisé une traversée maritime de cinq semaines à travers l’Atlantique. Ils sont restés discrets car ils étaient mandatés pour préparer le terrain et non pour s’exprimer, y compris à titre personnel.

L’organisation du Voyage pour la vie porte déjà ses fruits  : des collectifs se développent, se renforcent et soutiennent d’autres luttes. On peut citer la participation à la marche pour Adama et à la manifestation des sans-papiers en juillet dernier par l’assemblée ­d’Île-de-France, l’organisation de la rencontre européenne en mixité choisie avec plusieurs centaines de militant·es et de nombreux collectifs par la Commission genre de la coordination européenne et le Collectif Mujeres y la Sexta à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, ou encore la Marche décoloniale à Madrid le 13 août dernier.

Au Mexique, la délégation a dû faire face au racisme d’État  : au ministère des Affaires étrangères, les fonctionnaires ont proféré des moqueries racistes et mis beaucoup de barrières administratives pour rendre difficile voire impossible leur demande de passeports. Ensuite, c’est face au gouvernement français que la délégation aérienne a été confrontée.

Il a imposé d’être vacciné avec un des vaccins reconnus par l’Union européenne, très peu accessibles au Mexique, et n’a pas accepté de reconnaitre le Voyage pour la vie comme un motif impérieux, ce qui aurait permis de rentrer avec un test PCR. Malgré tout cela, les délégations zapatistes, du Congrès national indigène - Conseil indigène de gouvernement (CNI-CIG) et du Front des peuples en défense de la terre et de l’eau des états de Puebla, Morelos et Tlaxcala (FPDTA-MPT) sont arrivés à Vienne au mois de septembre.

deux délégués séquestrés

La réponse de l’État mexicain et des intérêts capitalistes dans la région d’influence zapatiste ne s’est pas fait attendre. Le 11 septembre dernier, alors que la délégation zapatiste était à peine arrivée à Mexico pour prendre l’avion, l’organisation paramilitaire ORCAO a séquestré deux membres du Conseil de bon gouvernement de Patria Nueva pendant huit jours. Ils ont été libérés grâce à l’intervention de prêtres locaux et suite à d’importantes mobilisations au Mexique et en Europe.

Le 19 septembre, le Comité clan­destin révolutionnaire indigène-­Commandement général de l’EZLN publiait un communiqué intitulé «  Chiapas au bord de la guerre civile  » prévenant que «  devant l’action et l’omission des autorités d’état et fédérales face au crime actuel et aux crimes antérieurs, nous prendrons les mesures pertinentes pour que la justice soit appliquée aux criminels de l’ORCAO et aux fonctionnaires qui les parrainent. C’est tout. La prochaine fois il n’y aura plus de communiqué. C’est-à-dire, il n’y aura pas de mots, mais des actes.  »

Le 22 septembre, plusieurs groupes d’écoute et de parole ont commencé à parcourir Slumil K’Ajxemk’op – l’Europe insoumise ainsi rebaptisée par l’Escadron 421. Préparez-vous donc à l’invasion zapatiste imminente, si consentie !

Coline et Manuel (UCL Grenoble)




Source: Unioncommunistelibertaire.org