Août 19, 2021
Par Indymedia Lille
262 visites


Article source sur le site de Calais Migrant Solidarity, avec le texte en anglais : https://calaismigrantsolidarity.wordpress.com/2021/08/17/this-border-kills-one-person-dead-and-one-feared-missing-at-sea-after-shipwreck-last-thursday/

Jeudi dernier, un Erythréen est mort après avoir été repêché dans la Manche lorsque le bateau sur lequel il se rendait au Royaume-Uni avec d’autres personnes a coulé. On craint qu’une autre personne soit portée disparue en mer. Les détails ne sont pas clairs et des questions demeurent sur la façon dont les autorités ont réagi et sur ce qu’elles feront pour rechercher la personne disparue. Ce qui est clair, c’est qu’une fois de plus, le système raciste des frontières mis en place par les États européens pour restreindre la libre circulation des non-Européens a coûté de nouvelles vies. Nous résumons ci-dessous les informations dont nous disposons actuellement et appelons à l’abolition de cette frontière meurtrière.

Le naufrage de jeudi

Aux premières heures de la matinée de jeudi (12/08/21), un bateau transportant environ 37 personnes, dont des femmes et des enfants, a commencé à se dégonfler et à prendre l’eau dans la Manche, à environ 25 kilomètres au nord de Dunkerque. En raison de leur éloignement de la côte, les personnes à bord n’ont pas pu joindre les numéros d’urgence par téléphone. Elles ont essayé de demander de l’aide aux cargos qui passaient par là, mais au moins deux d’entre eux sont passés sans répondre. Pendant « plus » de deux heures, les personnes ont essayé d’évacuer l’eau du bateau. Selon les survivants, comme le bateau continuait à prendre de l’eau, les bagages ont été jetés par-dessus bord et certaines personnes ont sauté dans la mer pour alléger la charge.

A partir de là, on ne sait pas exactement comment la situation et le sauvetage se sont déroulés. Nous devons insister sur le fait que ce qui suit ne doit pas être considéré comme un compte-rendu officiel des événements de jeudi, mais qu’il a été reconstitué à partir des communications sur le canal 16 de la VHF entendues pendant la journée, de témoignages de survivants, de communiqués de presse et de données AIS.

Vers 10:00 CEST, un cargo de passage, l’Elena, aperçoit le bateau en train de couler et donne l’alerte sur le canal d’urgence de la radio VHF en disant qu’il y avait trois personnes dans l’eau. Nous avons estimé que la position du bateau en détresse se situait à ce moment-là autour de 51°14’45” N 02°03’12” E. Le Centre de coordination des secours maritimes français (CROSS Gris-Nez) engage alors deux bateaux de pêche proches, le Nicolas Jeremy et le Notre Dame de Boulogne, ainsi qu’un hélicoptère de sauvetage de l’armée de l’air belge pour aider à secourir les personnes à bord du bateau. Le cargo Elena met également à l’eau un petit bateau de sauvetage.

Les deux bateaux de pêche sont arrivés et ont commencé à sortir les gens de l’eau. Cependant, il y avait au moins une personne dans l’eau qui a refusé d’être secourue. L’hélicoptère de sauvetage a déclaré avoir vu 10 personnes encore sur le bateau en train de couler et la personne qui avait refusé d’être secourue inconsciente dans l’eau. L’hélicoptère a sorti les personnes restantes du bateau, qui, selon les survivants, était en train de se briser, et les a placées sur les autres navires. Pendant ce temps, le navire de sauvetage de l’Elena a pris à son bord une personne inconsciente (qui était peut-être la même que celle qui refusait d’être secourue par l’un des navires de pêche).

D’après les conversations entendues à la radio, il semble que plusieurs personnes aient été inconscientes dans l’eau à différents moments. Cependant, on ne sait pas si toutes ces personnes ont été embarquées à bord des bateaux de sauvetage ou si certaines ont été laissées en mer pendant qu’on secourait d’autres personnes encore vivantes.

Vers 10 h 45 CEST, le navire P676 Flamant de la marine française est arrivé pour participer au sauvetage. Tous les survivants qui avaient été secourus par les navires de pêche et le bateau de sauvetage de l’Elena ont été transférés sur le Flamant, avec l’aide de l’hélicoptère. A 10:50 CEST, l’hélicoptère de sauvetage belge a signalé que tout le monde avait été placé sur le Flamant et a confirmé qu’il n’y avait plus personne dans la mer. A 11h17, le CROSS Gris-Nez a demandé à l’hélicoptère d’effectuer une nouvelle recherche dans la zone à la recherche de personnes qui auraient pu être oubliées. L’hélicoptère a répondu qu’il venait d’effectuer une recherche dans un rayon de 1,8 miles nautiques, mais a suggéré une autre recherche à “3 miles nautiques au sud-ouest des points initiaux” pour tenir compte du courant.

Malgré les rapports faisant état de plusieurs personnes inconscientes dans l’eau tout au long de l’opération de sauvetage, d’après les conversations radio, il semble qu’il n’y avait qu’une seule personne inconsciente à bord du Flamant. Suite à une téléconférence de consultation médicale, cette personne, que les associations de Calais et de Grande-Synthe n’ont pour l’instant identifiée que sous le nom de M., a été héliportée vers l’hôpital de Calais, où elle est décédée. Les autres personnes secourues ont déclaré qu’elles avaient tenté d’alerter les autorités à bord du Flamant en leur signalant que d’autres personnes pouvaient encore se trouver en mer. On ignore encore si les autorités ont pris d’autres mesures sur la base de ces informations.

Bien que nous ne puissions pas dire exactement ce qui s’est passé au cours du sauvetage, les survivants avec lesquels nous avons parlé sont catégoriques : il y a encore au moins une personne manquante dans le naufrage. Comme ils nous ont dit que certaines personnes s’étaient jetées à l’eau très tôt pour retarder le naufrage du bateau, il est possible qu’elles n’aient pas toutes été retrouvées au cours du sauvetage.

Les survivants se posent encore des questions sur ce qui s’est passé ce jour-là : principalement, où est leur ami disparu ? Et s’il y avait quelqu’un sur le bateau qui n’a pas été secouru ou récupéré, que font les autorités pour le rechercher ?

Après le naufrage

A 15h00 CEST, le Flamant est arrivé au port de Dunkerque où les survivants du naufrage et d’autres personnes secourues ce jour-là sur un autre navire en détresse ont été débarqués et accueillis par la police, les pompiers, des médecins urgentistes et des membres de l’association Utopia 56. Deux groupes de personnes distincts ont indépendamment informé les bénévoles d’Utopia qu’en plus de l’homme qui a été évacué, un autre homme originaire d’Erythrée était porté disparu et pouvait avoir été abandonné en mer. Les 35 personnes sauvées du bateau qui a coulé ont ensuite été placées en garde à vue par la police aux frontières, où elles ont été interrogées sur les événements et sur qui avait organisé la traversée. Les survivants ont déclaré avoir à nouveau alerté la police au sujet de la personne disparue à ce moment-là.

Plusieurs personnes nous ont également dit avoir été retenues par la police pendant 24 heures sans recevoir de soins médicaux, malgré des blessures telles que des brûlures chimiques causées par l’eau de mer salée mélangée à l’essence. Aucun soutien psychologique n’a été proposé.

Toujours sans nouvelles de l’homme disparu, vendredi (13/08/21), des membres de la communauté érythréenne de Grande-Synthe ont fourni son nom et sa photo, qui ont été remis à la police. La Bridgade de Recherche de la Police Nationale de Dunkerque a lancé une enquête et envoyé un avis de disparition à tous les commissariats et hôpitaux, mais n’a pas pu le localiser. La police a également déclaré qu’une recherche en mer de deux heures avait été lancée le vendredi matin, mais le CROSS Gris-Nez n’a pas voulu le confirmer. Depuis, le CROSS n’a pas donné d’autres informations, notamment s’il pense que quelqu’un pourrait encore être en mer depuis le naufrage, ni s’il a lancé des recherches ultérieures. Il n’y a eu aucune annonce officielle des autorités concernant cette personne disparue.

Depuis vendredi, le “Groupe décès”, un collectif qui réagit aux décès survenus à la frontière dans le nord de la France, travaille avec les communautés érythréennes de Grande-Synthe et de Calais afin d’identifier la personne décédée et disparue, et d’apporter un soutien à ses amis et à ses proches. Il s’agit notamment d’assurer le suivi avec les autorités et de discuter de la manière d’organiser le rapatriement du corps de la personne décédée en Érythrée.

Une commémoration a été organisée dimanche après-midi au parvis des droits de l’Homme à Dunkerque, en présence de membres des communautés érythréennes de Grande-Synthe et de Calais, ainsi que de bénévoles des associations et de personnes souhaitant exprimer leur solidarité.

Stopper les morts aux frontières

Nous avons trop souvent dû répéter que lorsque des personnes meurent ou disparaissent à la frontière, il ne s’agit pas d’événements tragiques ou imprévus, mais plutôt des conséquences logiques et voulues d’une sécurisation accrue des frontières. De même, les événements de la semaine dernière ne sont pas de simples accidents ou le résultat de mauvaises décisions de la part des voyageurs ou de l’incompétence des autorités. Ils sont directement causés par la violence et le racisme de l’Europe et des systèmes frontaliers du Royaume-Uni, et les décisions récentes signifient que d’autres situations comme celle de jeudi sont extrêmement probables.

Il y a tout juste trois semaines, le Royaume-Uni a promis 62,7 millions d’euros supplémentaires pour financer le doublement des patrouilles de police françaises le long de la côte entre Boulogne et Dunkerque. Cela n’empêchera pas les gens de tenter de traverser la Manche, mais les obligera simplement à le faire depuis plus loin du court détroit de Douvres. Le résultat sera que les gens passeront plus de temps en mer et devront traverser de plus longues distances où ils seront hors de la couverture du réseau téléphonique et ne pourront pas appeler à l’aide, comme ce qui s’est passé jeudi. Bien que la Manche soit l’une des voies maritimes les plus surveillées et les plus fréquentées au monde, les personnes avec lesquelles nous nous sommes entretenus nous ont souvent dit avoir été laissées en détresse pendant de nombreuses heures sans assistance.

Plusieurs d’entre elles ont également déclaré qu’elles préféraient mourir en mer plutôt que de continuer à survivre à Calais ou à lutter contre les frontières qu’elles rencontrent dans toute l’Europe. Leurs campements à Calais sont expulsés et leurs biens confisqués ou détruits toutes les 48 heures. La distribution de nourriture et d’eau est interdite dans la majeure partie de la ville. La violence de la police à l’encontre des voyageurs sur les plages est routinière, et est rendue de plus en plus possible par les drones et les patrouilleurs payés par les Britanniques.

Tant que les autorités britanniques et françaises continueront à s’entendre pour maintenir cette frontière fermée, des événements horribles comme celui de jeudi se reproduiront inévitablement. L’introduction d’un plus grand nombre de “routes sûres et légales” ne servira qu’à différencier davantage les migrants désirables des indésirables, laissant la plupart d’entre eux dans la même situation qu’aujourd’hui. Tant que les mouvements de certaines personnes seront criminalisés, elles seront obligées de faire des traversées dangereuses à travers la mer. Il n’y aura de justice qu’avec la liberté de circulation pour tou-tes.





Source: Lille.indymedia.org