Le 6 janvier se réunissaient devant la Préfecture une centaine de personnes pour protester contre l’expulsion prochaine de familles d’albanais.e.s de la dépendance du lycée Berthelot du 57 rue Achille-Viadieu, fermée depuis des mois et inutilisée depuis. La tendance actuelle n’étant clairement pas à l’empathie chez nos édiles locaux, cette demande avait été effectuée par le Conseil régional d’Occitanie, présidée par Carole Delga, du Parti socialiste, propriétaire des lieux, qui n’a pas hésité à remettre à la rue la dizaine de personnes en situation précaire, montrant clairement que la souffrance et la détresse des plus faibles ne sont pas sa priorité. Le Tribunal administratif de Toulouse ayant accédé à cette demande, les occupant.e.s sont expulsables à tout moment, désormais.


Le local avait été ouvert il y a quelques semaines pour loger quelques familles en situation précaire que la solidarité avait permis de mettre à l’abri et au sec durant quelque temps. Les occupant.e.s du lieu demandent une solution de relogement rapide.


Ce rassemblement était aussi l’occasion d’attirer l’attention sur la situation des personnes stationnées en bord de Garonne au niveau de Delattre de Tassigny. Logé.e.s en autoconstruction dans des conditions épouvantables, les occupant.e.s ont dû essuyer les bourrasques climatiques de ces dernières semaines qui ont laissé pas mal de traces dans les habitations. La Municipalité avait pensé à eux en leur offrant un abri de fortune dans un gymnase durant une nuit avant de les renvoyer patauger dans la boue le lendemain.




Source: Iaata.info