Juin 9, 2021
Par CNT
286 visites


POURQUOI SOUTENIR LES SERVICES PUBLICS EN LUTTE  ?

La crise sanitaire, que nous subissons depuis plus d’un an, a mis en lumiĂšre les inĂ©galitĂ©s produites par le systĂšme capitaliste et les dĂ©gĂąts causĂ©s par plus de 30 ans de libĂ©ralisation des services publics.

Ces services publics, dĂ©jĂ  fortement attaquĂ©s avant la pandĂ©mie de COVID, Ă©taient pourtant en premiĂšre ligne pour aider la population dans ces moments difficiles (santĂ©, social, travail, mĂ©dico-social, Ă©ducation, territoriale…).

MalgrĂ© la faiblesse de leurs moyens, ils ont une nouvelle fois montrĂ© qu’ils Ă©taient des Ă©lĂ©ments essentiels de notre sociĂ©tĂ© et la nĂ©cessitĂ© urgente de les renforcer.

Si, au plus fort de la crise, Macron a fait mine de vouloir changer d’orientation politique dans un discours opportuniste, nous savons qu’il n’en est rien. Avec le retour à la normale, les logiques capitalistes et leurs lots de destruction des services publics, reprennent de plus belle.

Le gouvernement, allié du patronat, continue de détruire ce que nous avons de plus précieux.

Face Ă  ce constat alarmant, les FĂ©dĂ©rations CNT du service public appellent tous les travailleurs et les travailleuses Ă  lutter et Ă  se mettre en grĂšve Ă  partir du 15 juin prochain !

Pour protester contre les milliers de suppressions de postes dans les trois versants de la fonction publique, nous nous ferons entendre. Les politiques libérales précarisent nos métiers et nous éloignent plus que jamais de nos publics.

Nous rĂ©clamons l’embauche de plus de personnels et la titularisation de toutes et de tous !

Pour en finir avec la logique d’augmentation des postes de petits chefs et la caporalisation des services publics au dĂ©triment des postes rĂ©ellement utiles et en contact avec le public.

Pour rĂ©clamer un meilleur salaire, avec la fin du gel du point d’indice, car contrairement Ă  la moyenne du secteur privĂ©, au fil des annĂ©es, le pouvoir d’achat des agents publics (titulaires et non-titulaires) n’a fait que baisser.

Pour en finir avec la logique d’augmentation du temps de travail dans le public et dans le privĂ©.

Pour prĂ©server le sens de notre travail. Nos vies ne valent pas de s’acharner dans un travail qui nous broie toujours plus et qui s’éloigne toujours plus de la population.

Pour prendre l’argent dans les caisses et les poches du patronat et des actionnaires qui chaque annĂ©e s’exonĂšrent de payer prĂšs de 100milliards d’euros.

FĂ©dĂ©ration des Travailleu.se.r.s de l’Éducation,
Fédération des Travailleu.se.r.s Territoriaux,
Fédération des Travailleu.se.r.s de la Santé et du Social,
Fédération Travail, Emploi et Formation Professionnelle




Source: Cnt-f.org