AprĂšs la pĂ©riode de confinement qui nous a arrĂȘtĂ©-es dans nos mobilisations, c’est Ă  nouveau le temps des luttes. La pĂ©riode du COVID et la crise sociale qu’elle provoque n’aura Ă©tĂ© pour le capitalisme qu’une nouvelle opportunitĂ© pour exploiter les salariĂ©-es, dĂ©truire leurs acquis sociaux et accroĂźtre ses profits. Pour les salariĂ©-es, fonctionnaires, chĂŽmeurs-euses, retraitĂ©-es, prĂ©caires, c’est comme toujours et encore plus la soupe Ă  la grimace sociale. Plus de 700 000 emplois ont Ă©tĂ©

dĂ©truits au 2Ăšme trimestre 2020. Le plan de relance du gouvernement gratifie le patronat de plusieurs dizaines de milliards d’euros sans aucune contrepartie, sociale ou Ă©cologique. Tout cela sans moyen pour les services publics, pourtant durement Ă©prouvĂ©s par la pandĂ©mie et nĂ©cessaires au bien commun. L’intĂ©rĂȘt particulier de la finance prime toujours sur sur l’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral.

Pourtant largement soutenues par les fonds publics, les grandes entreprises procĂšdent Ă  de vastes plans de licenciements et exercent un chantage inadmissible pour obtenir baisse des salaires et augmentation du temps de travail dans des accords dits de “performance collective”, tout cela au fallacieux prĂ©texte de prĂ©server l’emploi. Le social et les services publics sont aussi les grands

absents du plan d’aide. MalgrĂ© les dizaines de milliards d’aides publiques, il n’y a aucune obligation en retour pour le patronat ! Un contrĂŽle de l’utilisation des aides publiques et une interdiction ferme de licencier des emplois sauvĂ©s par ces aides sont indispensables !

Dans ce contexte dĂ©gradĂ©, les luttes s’organisent pourtant dans les lieux de travail, y compris dans les secteurs les plus prĂ©caires. Les luttes pour le climat et contre toutes les discriminations, et notamment celles des sans papiers pour leurs droits, sont toujours aussi fortes et de nombreuses initiatives sont prĂ©vues. Celles-ci doivent nĂ©anmoins faire face Ă  une rĂ©pression policiĂšre et anti-syndicale toujours aussi importante. Nombre de syndicalistes font l’objet de sanctions pouvant aller

jusqu’au licenciement en raison de leur activitĂ© syndicale et/ou pour avoir fait leur travail. C’est inadmissible et doit cesser immĂ©diatement.

Avec un 12 septembre aux cĂŽtĂ©s des Gilets jaunes pour la justice sociale et pour l’égalitĂ©, le 17 septembre est ensuite une premiĂšre journĂ©e de lutte interprofessionnelle qui va permettre d’aller vers les travailleuses et travailleurs pour montrer les alternatives aux politiques menĂ©es. Le 19 septembre sera le lancement des marches des sans-papiers qui arriveront Ă  Paris le 17 octobre :

Solidaires est engagĂ© sur tout le territoire Ă  leurs cĂŽtĂ©s. Les 25 et 26 septembre seront l’occasion de mobilisations Ă©cologiques et sociales dans toute la France, marquĂ©e par l’anniversaire de la catastrophe de Lubrizol. Pour Solidaires, il faut ĂȘtre capable de construire une convergence des luttes Ă  partir des mobilisations concrĂštes. L’emploi et les salaires, les conditions de travail, la lutte

contre les discriminations, la capacitĂ© de transition sociale et Ă©cologique, l’urgence climatique sont au cƓur de nos prĂ©occupations.

Face aux urgences sociales, économiques et démocratiques, dans un contexte de vague inédite

de chĂŽmage la situation exige des mesures fortes et immĂ©diates :

  • interdiction des licenciements dans les entreprises qui font des profits et dans les secteurs soutenus par des fonds publics
  • suppression de la rĂ©forme de l’assurance chĂŽmage dont l’application du 1er volet a dĂ©jĂ  mis dans la misĂšre des centaines de milliers de chomeurs-euses,
  • soutien aux services publics dotĂ©s des moyens matĂ©riels indispensables et embauches massives pour faire face aux besoins sociaux, en particulier dans santĂ© et l’éducation
  • hausse gĂ©nĂ©rale des salaires et des minimas sociaux
  • abandon dĂ©finitif de la rĂ©forme des retraites par points
  • passage aux 32h sans perte de salaire pour rĂ©duire enfin le chĂŽmage de masse.

L’Union syndicale Solidaires organise un congrĂšs extraordinaire en octobre pour Ă©changer sur les circonstances exceptionnelles auxquelles nous devons faire face et adapter sa stratĂ©gie Ă  la situation.

Les Ă©quipes de Solidaires sont disponibles sur ces bases pour Ă©changer et agir avec l’ensemble des forces du mouvement social.


Article publié le 10 Sep 2020 sur Solidaires.org