Ce 21 octobre est prĂ©vue une confĂ©rence sur la « souverainetĂ© Â» et « l’Europe Â» dans une salle municipale. Parmi les invitĂ©s : Jean-Eudes Gannat du groupe nĂ©o-fasciste « l’Alvarium Â» et, pour lui servir la soupe, deux politiciens : Romain Laveau (EELV) et Simon Holley (LREM). On peut se poser la question : la participation des deux derniers est-elle dĂ»e Ă  la naĂŻvetĂ© ou Ă  l’ignorance ?

Peut-ĂȘtre Romain Laveau et Simon Holley ignorent-ils le problĂšme avec l’expression de l’idĂ©ologie fasciste ? S’il semble clair Ă  la plupart des militant·e·s de gauche que la seule option face au fascisme est le combat, cette idĂ©e tarde malheureusement Ă  ĂȘtre acceptĂ©e plus largement. Probablement parce que le refus de parler avec l’extrĂȘme-droite est vu comme une attaque contre la libertĂ© d’expression. En rĂ©alitĂ©, c’est la diffusion de l’idĂ©ologie fasciste qui reprĂ©sente le vĂ©ritable danger pour celle-ci. En effet, le programme fasciste implique la suppression des organisations syndicales, le musellement de la presse, la dissolution des partis d’opposition et, plus terriblement, reprĂ©sente une menace existentielle pour des communautĂ©s entiĂšres. Le refus du dĂ©bat avec, et le combat contre, le fascisme sont, en fait, des conditions nĂ©cessaires Ă  l’existence de la libertĂ© d’expression.

Peut-ĂȘtre Romain Laveau et Simon Holley pensent-ils pouvoir contrer le fascisme avec leurs sages paroles ? Si c’est le cas, ils se mettent le doigt dans l’oeil jusqu’au coude. D’une part, le discours fasciste ne fait pas appel Ă  la raison, mais directement Ă  des affects psychologiques. Son but n’est pas de gagner les esprits par le dĂ©bat, mais de pousser Ă  une mobilisation de masse avec des rĂ©cits faux et simplistes qui rĂ©sonnent avec les affects Ă©motionnels d’une partie de la population. D’autre part, des personnes plus malignes ont essayĂ© et ont Ă©chouĂ©. Un exemple rĂ©cent est Denis Robert qui invite Étienne Chouard sur le plateau du MĂ©dia, alors que le militant antifasciste Yannis Youlountas l’avait prĂ©venu du risque, et qui au final a permis l’expression de propos crypto-nĂ©gationnistes.

Nos deux politiciens ont pourtant eu le temps de rĂ©flĂ©chir Ă  leur implication dans ce dĂ©bat et au fait qu’ils ne peuvent que perdre. Il y a plus d’une semaine, le RAAF (RĂ©seau Angevin Antifasciste) les a publiquement interpellĂ© par rapport aux problĂšmes que pose leur participation Ă  cette confĂ©rence. MalgrĂ© cela, nos deux politiciens restent muets et tout semble indiquer qu’ils vont participer Ă  cette mascarade de dĂ©bat. Alors, naĂŻvetĂ© ou ignorance ?

Le flyer qui a (peu) circulĂ© sur les rĂ©seaux sociaux :


<!–

Claire Schweitzer se serait déjà retirée du débat.


Article publié le 13 Oct 2020 sur Basse-chaine.info