Octobre 4, 2021
Par Union Syndicale Solidaires
358 visites


L’utopie de “lendemains qui chantent” anime de nombreux combats, mais inspire aussi de larges étendues de “déjà-là” à quelques mois d’échéances électorales. Que nous disent ces utopies concrètes, c’est l’objet de notre débat.

Et ce n’est pas l’autoritarisme ambiant qui arrêtera ce processus. C’est l’édito de Sylvie Larue.

Empêcher la privatisation et l’hypercommercialisation d’une gare et donner le pouvoir aux cheminot.e.s et aux usagers de décider des travaux de rénovation, est-ce une utopie ? En tous cas le projet pharaonesque de la Gare du Nord à Paris est (provisoirement ?) rejeté.

Que disent les médias de cette idée d’utopie ? Vincent Bolloré, du haut de son empire en expansion, veille à ce qu’elle reste circonscrite au domaine de l’inatteignable. Il ne nous reste plus qu’à aider et développer les médias alternatifs.

Enfin, pourrait-on caresser cette utopie d’un monde sans racisme ? Catherine nous propose la lecture de “Racismes de France”, une œuvre collective.

Bonnes lectures à vous, dans Cerises et ailleurs.

Bon octobre dans vos luttes et vos réflexions.

L’équipe de la rédaction

Documents à télécharger

Article publié le 4 octobre 2021




Source: Solidaires.org