Dans le journal Le Quotidien d’aujourd’hui, j’ai remarqué un article au ton on ne peut plus jovial qui, dès le titre, annonce ses couleurs : « Un nouveau souffle pour la rue Racine ». Des précisions sont déjà à ce point nécessaires. On peut difficilement parler d’un article journalistique, c’est l’absence totale d’esprit critique, tout le contenu est orienté par les marchands de la rue. Disons que c’est plutôt une forme de carnet publicitaire. Au titre, on pourra alors comprendre que ces pauvres marchands avaient auparavant de la difficulté à respirer sur la rue Racine et que les choses vont maintenant pour le mieux. À lire cet article, on croirait presque les devantures « flashy » et stylées » des nouveaux magasins offriraient désormais un paysage de rêve pour le haut de la rue Racine. Bref, il n’y aurait aucune raison de ne pas célébrer la venue de ces sauveurs de la Racine.

Aucune raison sauf si on s’intéresse réellement aux gens qui vivent dans ce quartier populaire. Le monde de l’argent se fout des gens. Qu’est-ce qu’il y a à célébrer dans l’établissement de commerces et de restaurants qui sont hors de la portée de bien des personnes du quartier étant donné leurs prix. On voit même des personnes se faire demander de quitter des établissements parce qu’ils ou elles n’ont pas le « look » de la clientèle recherchée. Pour la masse de gens les plus pauvres dans le quartier, c’est un désert alimentaire ; il faut choisir entre s’alimenter au Dollarama ou acheter dans les dépanneurs à gros prix. Si c’est ça le « développement », va donc…! Côté logement, on n’est pas mieux servi. Les transformations en condos et les AirBnB attaquent le droit au logement dans le quartier. Les médias et les élites narguent le monde en leur claironnant que le taux d’inoccupation est de plus en plus élevé à Ville Saguenay. Ce n’est pas la réalité! Les logements à coût modique sont de plus en plus rares dans le quartier. Nous voyons un phénomène grandissant d’exode des gens les plus pauvres vers d’autres quartiers populaires autour du centre-ville (où plusieurs services communautaires sont moins bien implantés ou carrément absents). Ça va brasser bientôt! La mort de Michael Labbé continue de nous révolter. Contre le piège tendu par les exploiteurs, il faut continuer d’organiser nos réseaux d’entraide, d’action et de solidarité dans le quartier. Une attaque contre un-e est une attaque contre tou-te-s. Le samedi 3 août, rendez-vous à partir de 11h30 au « Parc du 19 juillet » (terrain vague au coin des rues Tessier et Jacques-Cartier à Chicoutimi) pour partager un repas distribué gratuitement par le collectif, construire des bancs de parc, socialiser et réclamer la cession du terrain de façon permanente pour les usages autonomes des gens du quartier. Le monde du quartier n’ont pas dit leur dernier mot!


Les riches s’enrichissent, les pauvres s’appauvrissent : fuck les embourgeoiseurs!

Yvon Tremblay


Article publié le 20 Juil 2019 sur Ucl-saguenay.blogspot.com