Marche ou crève… Les dirigeants de La Poste ont décidé d’imposer aux facteurs, aux guichetiers, aux agents des centres financiers et des centres de tri de rester au travail dans n’importe laquelle des conditions. Alors que le confinement se généralise et se durcit à coup d’amendes, la direction de La Poste prend des mesures coercitives pour que les postiers soient à la tâche jour et nuit.(PIC, PFC).

Pourtant, la direction de La Poste nous a expliqué depuis 15 ans que le courrier était un moyen de communication « has been », que les clients n’avaient plus besoin de rentrer dans un bureau de poste car ils pouvaient faire leurs opérations en « banque digitale », que la distribution du courrier pouvait se faire quelques jours dans la semaine.

De fait, dans la nuit du 17 au 18 mars, une quinzaine d’agents de la plate forme colis du Rheu ont exercé leur droit de retrait. Aujourd’hui 18 mars, un peu partout en Bretagne, plusieurs dizaines de guichetiers font valoir leur droit de retrait ainsi que plusieurs dizaines de facteurs en Ille et Vilaine.

Droit de retrait justifié :

Les dirigeants de La Poste n’ont pris AUCUNE mesure de prévention pour les postiers depuis que l’épidémie du corona virus est connue, c’est-à-dire depuis 2 mois :

  • Aucune volonté de connaître les porteurs du virus chez les postiers afin d’éviter qu’ils ne contaminent les autres.
  • Aucune information concernant le nombre de postiers atteints de ce virus en Bretagne, le nombre de postiers malades chez eux ou hospitalisés ainsi que leur localisation.
  • Aucune mesure de protection dans les services où il y a des cas ou des suspicions de cas ( masques, gants, désinfections, décontaminations des surfaces inertes). Nous rappelons que les lettres et colis sont de formidables vecteurs de microbes et de virus
  • Aucune mesure de protection des postiers en contact avec le public (guichetiers, facteurs, etc..)

Par contre, la menace de retenue de salaire en cas de d’exercice de droit de retrait est une consigne donnée à tous les directeurs d’établissement !

L’objectif de la direction est simple : obliger les postiers à aller voir leurs médecins traitants pour obtenir un arrêt de travail. Ce qui est une curieuse « gestion » de ce confinement ! D’autant que cela accentue les risques de contamination ! Et c’est évidemment ce que vont faire des centaines de postiers pour éviter ces retenues de salaire.

Ces méthodes sont inadmissibles et nous alertons les pouvoirs publics sur le comportement irresponsable des dirigeants de La Poste.

Alors que la société semble comprendre la nécessité de « casser la chaine » de contamination par confinement, les dirigeants de La Poste font l’inverse et porteront une lourde responsabilité dans la propagation du Covid 19 dans la population postière.

Rennes le 18 mars 2020

Le bureau départemental

S. Gefflot

S. Bourgin


Article publié le 18 Mar 2020 sur Rennes-info.org