Janvier 20, 2017
Par Nouvelle Turquie
235 visites

Cela fait 10 ans que le journaliste, rédacteur en chef d’Agos et révolutionnaire arménien Hrant Dink a été assassiné par les nationalistes sous les ordres de l’Etat turc. Cependant sa mort a permis de faire à nouveau parler de la cause arménienne et à donné le courage aux arméniens de sortir et de s’organiser en Turquie. Le traitement de la question du génocide arménien étant toujours fortement réprimée par l’Etat, Hrant Dink a eu le courage d’enquêter et de porter au grand jours les vérité. Encore cette année des commémorations ont été organisées dans des dizaines de villes en Turquie.

Istanbul : Plusieurs milliers de personnes se sont retrouvées devant le journal Agos aux cris de « Cela fait 10 ans que nous sommes Hrant, nous allons obtenir justice » pour les 10 ans de l’assassinat du rédacteur en chef Hrant Dink.

Se rassemblant devant le bâtiment de la radio TRT, les manifestants ont défilé en direction des anciens locaux du journal Agos, où Hrant s’est fait assassiné 10 ans plus tôt. Portant des pancartes affichant des messages dénonçant la responsabilité de l’Etat dans le meurtre, les manifestants ont été pris à parti par la police qui a confisqué puis déchiré ces pancartes.

« Depuis 10 ans tu nous manque Ahpararig (ami en arménien) »

Des pancartes en arménien, en turc, en kurde et en zaza avec les messages « justice pour Hrant, justice pour Suruç », « Nous sommes tous Hrant, nous sommes tous arménien » étaient portés. Tout le long de la manifestation les slogans suivant ont été lancé « Nous sommes ici Ahparig », « L’Etat assassin rendra des comptes », « Vive la fraternité des peuples ». Arrivé sur les lieux du crime, devant les anciens locaux du journal, une grande banderole « Nous n’oublierons pas, nous ne pardonnerons pas » a été déployée.

De nombreuses organisations tel Partizan, YDG, HDK, ESP, SGDF, Aka-Der, les Anarchistes, Halkevleri, Devrimci Parti, ainsi  que de nombreux représentants de syndicaux ont pris place dans le cortège.

Après l’affichage d’un portrait géant de Hrant Dink avec le message « Depuis 10 ans tu nous manque Ahpararig », le programme des commémorations a commencé par des chants en arménien, suivis d’une minute de silence pour celles et ceux qui sont mort pour la liberté et la paix. Pour terminer un enregistrement audio de Hrant relatant des souvenirs a été écouté et sa femme, Rakel Dink, a prononcé un discours:

« Que s’est-il passé en 10 ans ? Ah mon amour. Massacre de Malatya, İskenderun, Sevag Balıkçı, Roboski, le Mouvement de Gezi, Suruç, Diyarbakır, Sur, Mardin, Nusaybin, Cizre, Şırnak, Tahir Elçi, Ankara, le 15 juillet, Maçka, İzmir, Gaziantep, Ortaköy, l’aéroport et la guerre au Moyen-Orient. Les opérations, la terreur et encore tellement, tellement… Ce pays est devenu un lac de sang. Ce pays est envahi de cauchemar. Les gens ont peur, ils ne peuvent plus respirer. Les personnalités sont piétinées. Les fiertés sont brisées, rabaissées ».

Pour terminer Rakel Dink déclare :  » L’auteur de ce crime est connu. L’auteur de cet assassinat est tellement visible qu’à tous les étages c’est l’Etat. La conscience populaire n’a besoin de rien d’autre que de voir ces infamies commises en 10 ans pour comprendre ceci « .

Les commémorations attaquées à Ankara

A Ankara, la police a tenté d’interdire la commémoration en l’empêchant de se rassembler à l’endroit prévu. Les manifestants, s’obstinant, ont pu tout de même se rassembler pour une minute de silence. Juste après la police a chargé violemment les personnes rassemblées pour les disperser.

Traduit de : http://ozgurgelecek1.net/manset-haberler/23319-hrant-dink-10-yldr-aramzda-deil-bu-cinayetin-faili-tuem-kademeleriyle-devlettir.html




Source: