Mercredi 30 septembre, 7 « lanceurs d’alerte » ont déployé des banderoles pour demander l’interdiction des armes nucléaires.

Communiqué de presse du 30 septembre 2020

Application prochaine du Traité d’interdiction des armes nucléaires :

Huitième Vigie Citoyenne mensuelle près du CEA Valduc.

Le CEA fait la sourde oreille, mais les citoyens sont têtus !

Ce 30 septembre 2020, 7 lanceurs d’alerte du ‘Collectif Bourgogne Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires’ ont déployé des banderoles à Moloy, sous la surveillance et la protection bienveillante des gendarmes, en attendant le passage des voitures et des bus ramenant le personnel du CEA-Valduc (Commissariat à l’énergie nucléaire et aux énergies alternatives) à la fin de la journée de travail. C’est la 8e Vigie Citoyenne mensuelle près du CEA Valduc depuis janvier 2020.

L’autisme du CEA

Les actions annuelles d’interpellation en août à Valduc à l’occasion des commémorations des bombardements d’Hiroshima et Nagasaki remontent à 2014 ! Une demande de rendez-vous avec le directeur du CEA-Valduc a été envoyée le 7 novembre 2018 sous forme de lettre ouverte, respectueuse et argumentée, signée par 38 organisations associatives, politiques, culturelles et spirituelles de Bourgogne-Franche-Comté, restée sans réponse.

Malgré une demande à la Préfecture de Côte-d’Or en août 2019, réitérée en août 2020, malgré une tentative de médiation, restée vaine, d’une autorité spirituelle locale, malgré un courriel à la Direction générale du CEA en août 2019, malgré une nouvelle demande exprimée le 7 août 2020 devant le site de Valduc par plus de 70 personnes, dont une bonne partie de jeûneurs, la Direction du CEA refuse toujours d’entrer en dialogue avec la société civile.

Ce refus de dialogue du CEA est choquant, mais traduit la position des autorités françaises et des 9 puissances nucléaires qui s’accrochent au dogme de la dissuasion nucléaire et à leurs ogives (comme naguère les dirigeants de la IIIe République à la Ligne Maginot), bien qu’elles ne soient d’aucune efficacité face aux menaces actuelles : pandémies, terrorisme, climat … Ce qui est grave à Valduc, ce n’est pas seulement le gaspillage de l’argent public, c’est surtout la perversion de la science à des fins de destruction.

Compte à rebours pour l’interdiction de armes nucléaires !

Grâce au TIAN (Traité sur l’interdiction des armes nucléaires), l’interdiction des armes nucléaires sera bientôt la norme du droit international. Le TIAN, voté à l’ONU en 2017 par 122 États, sera applicable

quand 50 pays l’auront ratifié : nous en sommes à 46, la dernière ratification est celle de la Malaisie le 26 septembre 2020. La mobilisation contre la folie nucléaire progresse. 67%, des Français (sondage IFOP 4 juillet 2018) se disent favorables à la ratification du TIAN par la France. La reconversion des personnels du CEA affectés aux activités militaires va bientôt devoir s’imposer, et plus elle sera anticipée, moins elle sera difficile.

Appel des villes, pour ne plus être les cibles des armes atomiques !

Les villes de Berlin, Berne, Bruges, Sydney, Melbourne, Toronto, Milan, Baltimore, Los Angeles, Washington ont adhéré à l’appel des villes pour la signature du TIAN. En France, 26 maires l’ont déjà signé, dont Grenoble, Paris et Lyon. Parlez-en à vos maires !

L’action menée par le ‘Collectif Bourgogne Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires’ s’inscrit dans le cadre de la ‘Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires’ (International Campaign to Abolish Nuclear Weapons – ICAN), lauréat du prix Nobel de la paix 2017, et dans la suite de l’interdiction internationale des armes biologiques (1972), des armes chimiques (1993), des mines antipersonnel (1997), et des bombes à sous-munitions (2008).

Rendez-vous pour la prochaine vigie le 21 octobre !

Nous invitons les citoyens de Côte d’Or à se joindre à cette action symbolique ! RDV à Moloy à 16 h 45, carrefour de la D 901 et D 996. Départ en covoiturage de Dijon à 16 h, retour vers 17 h 45.

Le collectif Bourgogne Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires

[email protected]

Tél. : 06 13 05 01 39


Article publié le 02 Oct 2020 sur Dijoncter.info