Appel du mouvement #PrenonsLaVille. Mais qu’est-ce que cela signifie au juste de prendre la ville ?

Ce samedi 17 mars se prépare une gigantesque manifestation qui rassemble un large front pour le droit à la ville.

Prendre la ville c’est s’attaquer à la politique de la rentabilité et du profit, à la gentrification rampante des quartiers, aux loyers exorbitants et au nettoyage systématique de l’espace publique de sa population dite « indésirables ».

Prendre la ville c’est se réaproprier le territoire, c’est imaginer que la population ne fait pas qu’y survivre, mais trouve la possibilité d’y vivre pour de vrai.

Prendre la ville, c’est défendre des espaces autogérés, que ce soit pour s’y loger, fêter, s’organiser, découvrir, apprendre, sans que l’argent soit le critère pour l’obtenir.

Prendre la ville c’est construire une force qui refuse son asservissement et qui puise dans la puissance collective pour gagner face à la politique actuelle.

Prendre la ville c’est développer des solidarités, des idées, des pratiques, afin de se découvrir et de renforcer des luttes diverses et variées.

Prendre la ville c’est occuper l’espace politique, l’espace public, la rue, les maisons, les immeubles, pour construire des manières d’habiter différentes.

Prendre la vile c’est réaliser ce qu’il faut maintenant et vite : être ensemble pour se faire entendre, pour gagner de la liberté, pour retirer l’espace aux personnes qui ne l’envisagent que dans des termes d’argent et de profit.

Prendre la ville c’est se réunir samedi 17 mars à 14h devant la poste du Mt-Blanc pour une gigantesque manifestation, pour bien commencer l’année et se donner la motivation pour la suite !

Prenons la ville !


Ce samedi 17 mars, prenons la ville !