Décembre 17, 2022
Par Kurdistan Au Féminin
154 visites

Il a été largement soutenu que l’une des caractéristiques importantes et distinctives du récent mouvement révolutionnaire en Iran est la solidarité et l’unité de tous les peuples iraniens malgré les différences ethniques, religieuses, linguistiques et même de genre sous l’égide globale de Jin Jiyan Azadî. (Femme, Vie, Liberté). Cependant, les développements récents de ce mouvement révolutionnaire font douter de l’exactitude de cette affirmation. Cet article tente de dévoiler les derniers développements du mouvement révolutionnaire entre 15 et 24 novembre 2022 en Iran pour trouver une explication à l’éventuelle inexactitude de l’affirmation ci-dessus. Le point clé qui sera fait est que les différences nationales et historiques peuvent expliquer les différences dans la vitesse et la volonté de certains groupes ethno-religieux à s’engager dans l’action révolutionnaire plus que d’autres.

Pour commémorer les quelque 1 500 personnes tuées par les forces de sécurité iraniennes lors des manifestations civiles en Iran en novembre 2019, une grève nationale a été déclarée du 15 au 17 novembre 2022. Les vidéos publiées sur les chaînes d’information, Instagram et Telegram les applications démontrent le fait que de nombreuses personnes en Iran ont répondu à cet appel d’une voix unifiée. Les commerçants, les travailleurs, les étudiants et de nombreux secteurs différents de la société se sont mis en grève nationale pendant trois jours.

Cependant, les mouvements révolutionnaires du Rojhilat (la région à majorité kurde du nord-ouest de l’Iran et centre du mouvement actuel) sont allés plus loin qu’une simple grève publique. Cette nouvelle phase du mouvement révolutionnaire a commencé principalement à partir de Bukan, une ville kurde du Rojhilat. De nombreuses rues de Bukan ont été transformées en forteresse contre la brutalité du régime iranien. Les forces de sécurité iraniennes ont réagi en tirant directement sur les gens et dans leurs maisons dans le but de terroriser davantage la population. Les gens ont répondu aux balles avec des pierres et des slogans. Le régime a alors déployé un nombre encore plus important de forces à Bukan pour réprimer la résistance. Internet et l’électricité en général étaient soit très limités, soit entièrement coupés, non seulement à Bukan, mais dans tout le Rojhilat. Les autres villes Rojhilati avaient l’intention de diminuer la pression sur Bukan en se fortifiant également dans les rues. Par exemple, à Mahabad, la population, en particulier les femmes, était en première ligne dans ce qui pourrait être décrit comme une bataille rangée avec les forces iraniennes. Le gouvernement a renforcé les contingents du Corps des gardiens de la révolution iraniens (CGRI) avec des véhicules militaires lourds et les a envoyés à Mahabad afin de déclarer la loi martiale.

Après Mahabad, les habitants de Javanud sont descendus dans la rue en solidarité avec Bukan et pour diminuer également la pression sur Mahabad le 20 novembre . Le CGRI a répondu avec encore plus de brutalité. Des dizaines ont été tués et blessés à Javanud. Comme il est désormais évident, la République islamique a systématiquement ciblé les minorités nationales telles que les Kurdes et les Baloutches en Iran. Ils ont déployé des armes lourdes contre des civils sans défense à Rojhilat, pillant les maisons des gens, enlevant des jeunes hommes, des adolescents et des femmes. Selon les rapports du réseau Kurdistan Human Rights, au moins 40 personnes ont perdu la vie au cours des quatre jours entre le 15 et le 18de novembre à Rojhilat. Les Kurdes n’étaient pas non plus les seules cibles. Le peuple baloutche en Iran a été confronté à la même répression systématique lors de ce mouvement révolutionnaire en Iran.

Le régime n’a pas limité sa répression militaire à ses frontières intérieures. Il a lancé une autre attaque au missile sur les bases des partis politiques du Rojhilat au Başur (la région kurde d’Irak). La Turquie a également rejoint l’Iran dans la répression des Kurdes. Par exemple, le 22 novembre, alors que l’Iran bombardait les bases des partis du Rojhilat au Başur, la Turquie visait en même temps l’infrastructure civile du Rojava, l’Administration autonome du nord et de l’est de la Syrie (AANES).

Une nuée d’attentats a couvert tout le Kurdistan. Alors que les Kurdes étaient confrontés à des mesures quasi génocidaires au Rojhilat, dans les principales villes perses, les actions se limitaient à chanter depuis les fenêtres, à klaxonner, à donner des câlins gratuits ou à distribuer des bonbons et des chocolats. Ces actions peuvent être décrites comme des exemples, au mieux, de résistance passive. Suite à cela, les partis politiques kurdes du Rojhilat [Kurdistan iranien] ont appelé à une grève générale pour le 24 novembre. Le peuple kurde du Rojhilat a répondu d’une voix unifiée. La plupart à Rojhilat se sont mis en grève. Cependant, malgré les attentes, les villes non kurdes ont répondu à cette annonce sans conviction ni cohérence.

Pourquoi les nations majoritaires en Iran n’ont-elles pas rejoint le peuple kurde dans les événements entre 15 et 24 novembre ? Une réponse immédiate pourrait être que les Perses n’ont pas montré suffisamment de solidarité avec les Kurdes en raison de leurs sentiments anti-kurdes existants. Suivant le modèle classique de l’État-nation colonial, l’État iranien, comme tous les autres États impériaux et coloniaux, a utilisé la politique du « diviser pour régner » afin de maintenir son pouvoir. Il a tenté de diviser la société en créant un système basé sur des hiérarchies superposées de domination et de suprématie raciale. Pour parvenir à cette domination, le régime iranien a construit des sentiments anti-ethniques à l’égard des minorités nationales en Iran. Par exemple, l’État iranien a propagé le sentiment anti-kurde en qualifiant les Kurdes de « séparatistes et terroristes  », qui s’est efforcé d’approfondir systématiquement les divisions entre les différentes ethnies. Cependant, pour une compréhension plus approfondie des différences entre les Kurdes et les Perses en termes de nationalités, la politique identitaire pourrait apporter une réponse plus approfondie à cette question.

Il est important de souligner que le peuple kurde n’est en effet ni Turc, ni Persan, ni Arabe. C’est un peuple distinct. En d’autres termes, le peuple kurde constitue une nation différente basée à la fois sur les définitions subjectives et objectives de la nation. Benedict Anderson propose une définition de la nation d’un point de vue subjectif. Il décrit une nation comme une communauté politique imaginaire. C’est-à-dire que les gens d’une nation peuvent ne jamais se connaître ou se voir, mais ils sont toujours liés par une image imaginaire partagée de l’entité qu’ils forment ensemble. Considérant le fait que les Kurdes – qui ont été divisés entre les quatre frontières artificielles de la Turquie, de l’Iran, de l’Irak et de la Syrie pendant plus d’un siècle – partagent toujours le même état d’esprit en termes d’identité. Maintenant, sur la base d’une définition objective de la nationalité, un groupe de personnes pourrait former une nation s’ils partagent certains attributs distinctifs, tels que l’histoire, la langue, la religion, la culture et le territoire.

Par conséquent, le peuple kurde, considéré comme une nation distincte, est confronté à la discrimination et à l’oppression non seulement en tant que citoyens ordinaires, mais en tant que peuple distinct et en tant que minorité ethnique en Iran. Ils ont constamment été confrontés à la « domination existentielle », une forme de domination qui cible une nation comme un ennemi absolu, par opposition à l’inimitié réelle ou conventionnelle qui admet au moins que son ennemi existe.

L’inimitié absolue est une forme d’inimitié dans laquelle on ne reconnaît pas le statut politique ou juridique, la simple existence, de son ennemi. L’ennemi n’est pas reconnu comme un peuple distinct à vaincre, mais comme une erreur à éradiquer. Par conséquent, on déploie la force intentionnelle la plus puissante pour éliminer la possibilité même pour ce groupe de personnes de s’unir suffisamment pour former une entité politique distincte, c’est-à-dire d’exister d’une manière politiquement réelle. Ainsi, on pourrait soutenir que plus la domination est profonde, plus l’inimitié exprimée envers un ennemi est forte, plus grande sera la résistance qui répondra à une telle menace. De nombreux Perses nationalistes agissent depuis longtemps comme si les Kurdes ne devaient tout simplement pas exister. En conséquence, les Kurdes résistent depuis des décennies à une telle menace. Ils ont dû, en raison de leur oppression et de leur apatridie, compter sur de telles mesures pour éviter l’extinction en tant que peuple.

La politique identitaire du peuple kurde est également distincte de celle des Perses. La « politique identitaire » en tant que concept remonte aux écrits de Mary Wollstonecraft et de Franz Fanon. Elle est étroitement liée à l’idée que certains groupes sociaux sont plus opprimés que d’autres. C’est-à-dire que l’identité d’une personne basée sur sa race, son sexe et son origine ethnique la rend plus vulnérable à l’impérialisme culturel, à la violence, à l’exploitation, à la marginalisation ou à l’impuissance que les autres. Maintenant, en parlant de l’Iran, l’État iranien a été créé sur la base du nationalisme persan. Par conséquent, on peut dire que les Kurdes, les Baloutches et même les Azéris sont plus opprimés que les Perses car ils sont des minorités nationales en Iran. De plus, en empruntant le langage de l’intersectionnalité à Kimberlé Crenshaw, toutes les identités ne sont pas identiques. Parfois, les identités se croisent. Par exemple, les femmes kurdes sont confrontées à un degré de domination plus intense que les hommes non kurdes, mais aussi les femmes non kurdes.

L’état actuel des Kurdes est exceptionnel. Ils ont été opprimés et dominés par quatre États-nations différents pendant au moins environ 100 ans. Ils ont donc été en perpétuelle révolte contre les États dominants. Par exemple, depuis la fondation de l’État iranien en 1923, le peuple kurde a constamment résisté et s’est révolté contre les politiques discriminatoires de l’État. On peut citer la révolte de Simko Şikak (1923-5) et la République du Kurdistan (1946) fondée contre la dynastie Pahlavi. Les habitants du Rojhilat ont également résisté à la République islamique d’Iran depuis sa création en 1979, depuis qu’une fatwa a été émise contre eux par la nouvelle République islamique à la suite de la révolution qui a entraîné le massacre de milliers de civils kurdes. Cette résistance a toujours été essentielle pour les Kurdes. Par exemple, 10, 000 Kurdes ont été tués par les forces de sécurité iraniennes lors de la résistance de 1980-83. En réfléchissant à cela, on pourrait dire que le peuple kurde a dû s’appuyer sur et utiliser les révoltes et les mouvements révolutionnaires par rapport aux autres nations d’Iran.

Le but en se référant à certaines de ces qualités distinctes est de souligner que les Kurdes ont plus d’expérience en termes de culture politique et de résistance que d’autres nations comme les Perses, et ce sera encore plus le cas pour des sous-ensembles de minorités au sein des Kurdes. C’est parce qu’ils luttent depuis plus longtemps et avec plus d’intensité que leurs voisins. Par conséquent, ils ont dû utiliser la lutte révolutionnaire en vertu des couches sans cesse multiformes des formes politiques, économiques, systémiques et militaires d’oppression et de violence qui leur sont imposées.

Une autre explication pourrait être que de nombreux Perses ont une compréhension différente de la liberté. Les Kurdes – en raison de leurs couches d’oppression croisées à travers la race, la religion, l’apatridie et la colonisation – ont un intérêt multiforme à leur libération. De nombreux Perses, en revanche, manquent de cette cohérence et de ce dynamisme, ce qui affecte leur solidarité et même leur investissement dans la révolution. Par exemple, il semble que de nombreux Perses seraient satisfaits si le gouvernement leur offrait une sorte de liberté impliquant la non-ingérence. Mais le peuple kurde cherche une notion plus profonde de la liberté, basée sur la non-domination, qui est beaucoup plus démocratique et égalitaire que tout ce qui est basé uniquement sur la non-ingérence. Si de nombreux Perses pouvaient être maîtrisés avec une simple suspension possible de la « police de la moralité », alors il est probable que leur intention révolutionnaire soit en fait plutôt limitée.

Tous ces faits démontrent que les Kurdes ont plus d’expérience en termes de résistance politique et culturelle et plus d’intérêt à surmonter leur domination, ce qui explique pourquoi ils continuent à maintenir l’élan de la révolution actuelle presque seuls. Il ne faut pas non plus oublier que si l’on admet que le mouvement révolutionnaire actuel en Iran est une révolution de Jin Jiyan Azadî (femme, vie, liberté), alors nous devrions également accepter le fait que cette révolution commence par un changement des mentalités le long de tous les axes intersectionnels mentionnés ci-dessus. Ce changement impliquera de surmonter les préjugés non seulement concernant les différentes nationalités. C’est une condition préalable pour créer une atmosphère qui permettrait la coexistence de tous les peuples et nationalités. En d’autres termes, éliminer les préjugés qui aggravent les divisions entre les différentes nationalités est aussi essentiel que partager les bases des histoires et des objectifs différents de peuples distincts. Si le peuple iranien souhaite établir une société plus démocratique et plus égalitaire, il devrait se tourner vers les Kurdes pour le leadership et suivre leur exemple dans les demandes adressées au régime.

Par la politologue et chercheuse Rojin Mukriyan

A lire la version originale ici: What the Kurds teach us about revolutionary struggles and freedom




Source: Kurdistan-au-feminin.fr