Août 27, 2019
Par Marseille Infos Autonomes
373 visites


ThĂ©rĂšse a vĂ©cu son corps comme entiĂšrement aliĂ©nĂ© Ă  sa cellule, Ă  la cour de promenade et aux petits espaces des parloirs, elle en est morte. Elle s’est pendue dans sa petite cellule. Sana souffrant de poliomyĂ©lite a dĂ©rĂ©alisĂ© et rĂ©inventĂ© son corps. Elle a grĂące Ă  son imaginaire rĂ©ussi Ă  agrandir sa cellule, la cour de promenade et fait fi des contingences, elle a survĂ©cu. Tout corps est imaginaire, quand il est enfermĂ©, quand il jouit, quand il meurt.

Brigitte Brami est nĂ©e en 1964, Ă  Tunis et vit Ă  Paris. Elle est tombĂ©e amoureuse de cette ville dans laquelle elle a bĂ©nĂ©ficiĂ© d’une trĂšs courte rĂ©sidence d’auteure organisĂ©e par Peuple et Culture en hiver 2019. Elle a Ă©tĂ© incarcĂ©rĂ©e Ă  deux reprises Ă  la maison d’arrĂȘt pour femmes de Fleury-MĂ©rogis en 2008 et 2013. Elle a Ă©crit quatre livres dont la majoritĂ© a Ă©tĂ© rĂ©digĂ©e soit en prison soit a Ă©tĂ© inspirĂ©e de ses sĂ©jours en dĂ©tention.

SpĂ©cialiste de Jean Genet, elle est Ă©galement l’auteure de Miracle de Jean Genet (L’Harmattan, 2014, 197 pages, 19 euros). Corps imaginaires, publiĂ© aux Ă©ditions UnicitĂ©, dresse le portrait de deux dĂ©tenues : ThĂ©rĂšse et Sana qu’elle a rencontrĂ©es lors de sa derniĂšre incarcĂ©ration. Ce livre sera disponible au CIRA le jour de la causerie. Sur Internet, une interview de l’auteure.




Source: Mars-infos.org